Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

SALENTO / CARTHAGENE DES INDES

Publié le par Neos

Lundi 18 mars

Après le petit déjeuner, nous saluons une dernière fois Christina notre hôte qui, disons-le, vit dans un cadre magnifique et offre un véritable lieu de quiétude.

Notre taxi nous conduit à l’aéroport de Pereira et c’est à 10h30 que nous décollons pour Carthagène des Indes (via Bogota). Nous arrivons à 14h00 et nous allons entamer la troisième partie de notre voyage : la côte caraïbe. De l’aéroport, nous allons directement à l’hôtel pour prendre possession de notre chambre. Nous avons quartier libre cet après-midi ! L’hôtel Don Pedro de Heredia est installé dans un bâtiment d'époque coloniale dans la vieille ville fortifiée. C’est sa seule qualité. En effet, il est un peu « daté » et les chambres sont sombres.

Nous partons à l’aventure, au gré de nos envies, à la découverte de la ville. Premier constat : il fait chaud, ce qui nous change des températures des jours passés. Deuxièmement, il y a beaucoup de touristes et quand je dis beaucoup, c’est beaucoup … de tous âges et de toutes nationalités. Troisièmement, il y a un nombre incalculable de vendeurs de rue … Tous les chapeaux à vendre ne le seront pas d’ici le soir !

Les maisons ont toutes de magnifiques balcons en bois, et les ruelles de la vieille ville offrent toutes de magnifiques exemples d’architecture coloniale. On aperçoit, ici et là, des femmes vêtues de costume traditionnel et portant des panières de fruits exotiques. Gare à la photo qui va vite devenir payante … A priori, le touriste ressemble à un portefeuille ambulant ! En arrivant devant la cathédrale, nous constatons que malheureusement elle est fermée. Nous sommes lundi et c’est jour de fermeture pour la maison de Dieu ! Etonnant, non ? Nous arrivons sur les remparts qui entourent la vieille ville. Ils ont été parfaitement restaurés et nous permettent de voir un timide coucher de soleil.

Nous finissons cette première prise de contact avec la ville en faisant un tour rapide dans le quartier de Getsemani, autrefois quartier un peu louche réservé aux locaux et à quelques auberges de jeunes et aujourd’hui quartier moderne et branché.

Le soir, nous dinons en extérieur sur une place située non loin de l’hôtel et c’est là que nous constatons que les tarifs sont « touristiques ». Les prix sont quasiment des prix européens alors que le revenu moyen du pays est 5 fois  plus faible que le revenu moyen français. Il va falloir être curieux pour trouver des restaurants locaux avec des tarifs raisonnables.

Publié dans Colombie

Partager cet article
Repost0

CARTHAGENE DES INDES

Publié le par Neos

Mardi 19 mars

 

Petit déjeuner sur la terrasse située au dernier étage de l’hôtel. Vue sur les toits de la ville, plutôt sympa !

Hernando, notre guide du jour, est accompagné d’un autre guide qui souhaite apprendre le français. Pas de souci, plus on est de fous … En fait, le vrai guide, c’est l’ami ! C’est un puit de sciences et ses connaissances historiques sont impressionnantes. Hernando fera … l’interprète !

Nous commençons notre journée par la visite du couvent de la Popa situé sur une petite montagne dominant la ville. Il offre la meilleure vue panoramique de cette dernière. Le couvent tire son nom des similitudes que les navigateurs observèrent entre la montagne et la partie postérieure d’une embarcation (quelle imagination !). L’édifice, construit en 1606 par les pères augustins de l’ordre des Récollets, conserve des trésors comme l’autel orné de fines lamelles d’or et de peintures à l’huile. 

Nous revenons ensuite en ville et commençons les visites par la porte et la tour de l’horloge, situées à l’entrée principale de l’enceinte de la vieille ville. L'apparence extérieure de la tour présente en son arche centrale, un portique de style toscan. Nous passons par la place de la Douane, la plus grande de Carthagène. Elle est entourée de bureaux administratifs. On y voit la demeure où a vécu le fondateur de Carthagène, Pedro de Heredia, et une statue en hommage à Christophe Colomb. 

C’est par le couvent et l’église Saint-Pierre-Claver que nous continuons la découverte de la ville. Le couvent est maintenant un  musée retraçant sa vie. Ce dernier, durant quarante années, se dévoua corps et âme aux esclaves et aux condamnés à mort. Il servit leur cause jusqu’à sa mort. Il fut « Pierre, esclave des Nègres pour toujours» et les milliers d’esclaves de Carthagène devinrent ses enfants. L’église abrite, quant à elle, la chasse et les reliques du Saint.

Nous déjeunons assez rapidement dans un restaurant local, dans lequel il n’y a que des colombiens et aux prix « colombiens » aussi. Nous avons rendez-vous en début d’après-midi avec une Chiva (minibus typique de la Colombie qui se caractérise par ses peintures colorées), pour faire un tour de la ville. Nous découvrons les quartiers modernes abritant les grands hôtels internationaux, les tours résidentielles et les sièges sociaux des entreprises. Et puis, nous nous arrêtons au château de San Felipe de Barajas pour en effectuer la visite.

Situé sur la cime de la colline San Lázaro, cet ancien complexe militaire, datant du XVIème siècle, est le plus grand construit en Amérique. De forme triangulaire, il a résisté a plusieurs assauts et il fût pris seulement une fois par le commandant et baron Français De Pointis. À l'intérieur, de multiples tunnels et galeries permettaient de le défendre de l’intérieur au cas où le château sera saisi par l'ennemi. A la fin de la visite, nous échappons au « traquenard » de la visite imposée des magasins en quittant le groupe pour revenir vers la vieille ville en taxi !

Direction ensuite le musée de l’inquisition pour la dernière visite de la journée. Situé autour du parc de Bolivar, ce palais est magnifique avec son style baroque et ses balcons en bois d'une grande splendeur. Cet édifice a été le siège du Tribunal des Peines du Saint- Office qui jugeait les délits contre la foi. En retournant à l’hôtel pour prendre un peu de repos (on a quand même quelques kilomètres à pied au compteur !), nous entrons dans la cathédrale de la ville, majestueuse et d'une beauté saisissante. A l’intérieur, nous admirons l'architecture des parois en marbre et les divers reliefs en bois.

Le soir, nous dinons sur la plaza de San Diego, lieu assez animé et bon enfant.

Publié dans Colombie

Partager cet article
Repost0

CARTHAGENE DES INDES

Publié le par Neos

Mercredi 20 mars

Encore une activité inconnue pour nous aujourd’hui : pêche aux crabes dans la mangrove de la Boquilla … Ce quartier assez pauvre est situé à 20 minutes de la vieille ville et permet de découvrir une autre facette du pays. Nous avons rendez-vous avec un pêcheur qui va nous faire découvrir la mangrove et les innombrables oiseaux y nichant. Il nous ferons aussi partager ses techniques de pêche pour capturer à l’aide de nasse, les magnifiques crustacés bleus et roses.

Nous commençons notre éco-expérience, par essayer d’attraper les poissons qui serviront d’appât. Et nous nous essayons à la pêche à l’épervier, technique très particulière de lancer du filet. Evidemment, nous sommes totalement « empotés » et c’est un fou-rire général qui rythme nos essais. En attendant que les casiers, posés au fond de l’eau, « produisent », nous continuons la découverte de la mangrove. Après 3 relevés de casiers, nous avons assez de crabes pour assurer notre repas de midi. Nous rentrons donc au village et l’épouse du pêcheur se met au fourneau pour préparer le repas de midi qui  sera composé, en sus des crabes, d’un poisson frit avec du riz de coco et des bananes plantains.

Après déjeuner, nous revenons en ville en passant par la plage, bordée de restaurants populaires qui accueillent les locaux le week-end.

L’après-midi, nous partons à la chasse à la carte postale, objet rare, voire introuvable dans ce pays ! Nous dénichons un magasin qui, non seulement, en vend, mais vend aussi les timbres et dispose d’une boite aux lettres. C’est dingue ! En effet, la plupart des colombiens n’ont jamais envoyé une carte postale de leur vie. Ils ne comprennent même pas pourquoi on cherche à en envoyer ! Eh bien, nous, nous aimons cette pratique d’un autre temps, tout simplement ! Nous « squattons » un café pour écrire nos cartes postales et, très fort, nous servons de guide à un australien qui désespère de trouver les mêmes trésors que nous. En cette journée, nous avons rendu un touriste heureux !

Nous magasinons un peu et avant de diner, nous allons sur les remparts, à côté du café del Mar, pour admirer le coucher de soleil … qui n’arrivera pas ! Alors qu’une relative fraicheur arrive, nous musardons sur les remparts et décidons de diner en terrasse sur la Plaza Santo Domingo au milieu de laquelle trône la statue d’une femme nue selon Botero. Il parait que frotter ses seins et ses fesses porte bonheur !

Bonne nuit.

Publié dans Colombie

Partager cet article
Repost0

CARTHAGENE DES INDES / PARC DE TAYRONA

Publié le par Neos

Jeudi 21 mars

Aujourd’hui, nous avons environ 5 heures de route pour rejoindre notre hôtel situé à quelques kilomètres du parc de Tayrona.

Tout au long de la route, nous allons découvrir de nouveaux paysages, mais aussi de la pauvreté à travers les villages traversés. Nous serons aussi tristes de voir que la pollution de plastique est bien présente. L’absence d’ordure n’est vraie que dans les lieux touristiques… Il y a encore du travail à faire pour que la prise de conscience arrive jusqu’à ces endroits. Après Baranquilla, la nationale traverse la grande tourbière de Santa Marta. Sensation étrange de rouler sur une bande étroite de terre séparant la mer de ce sanctuaire de faune et de flore.

Nous négocions avec notre chauffeur pour déjeuner à Santa Marta, ce qui nous permet de faire une pause récupératrice. En effet, comme un peu partout, la qualité du réseau routier demande à progresser ! Après notre poulet quasi quotidien, nous reprenons notre route et c’est vers 15h30 que nous arrivons à la Finca La Jorara, magnifique hôtel situé dans un grand parc.

Nous passons le reste de l’après-midi à farnienter entre la chambre et la plage. Quelle vie ! Le soir nous dinons sur place.

Publié dans Colombie

Partager cet article
Repost0

PARC DE TAYRONA

Publié le par Neos

Vendredi 22 mars

Nous avons passé une nuit … curieuse … Nous avons en effet été perturbés toute la nuit par le bruit de la circulation. La route est, comment dire … très fréquentée.

Autre surprise entraperçue la veille : pas d’eau chaude au robinet. Donc livraison d’un broc pour se doucher comme autrefois. Comme nous avons un haut niveau d’adaptabilité, tout va bien, mais cela pourrait être un frein pour certaine personne.
Vers 8h30, nous prenons un bus local pour notre destination du jour : le parc de Tayrona. Après une bonne demi-heure, nous arrivons à l’entrée du parc. Il nous faut un peu de temps pour passer la billetterie, mais nous avons appris la patience.

Tayrona ce sont des plages paradisiaques, incarnées par la plus connue d’entre elle, la plage de Cabo San Juan, son sable blanc, sa mer turquoise, ses cocotiers et sa cabane perchée sur de magnifiques rochers polis par le temps. Tayrona c’est aussi une forêt préservée foisonnante d’espèces végétales et animales, une véritable corne d’abondance. Nous randonnons toute la matinée et c’est un véritable bonheur que de marcher dans cet espace protégé. Vers midi, nous arrivons à la Piscina, très belle plage aux eaux claires.

Nous pique-niquons sur la plage d’excellents sandwichs confectionnés par notre hôtel. C’est plus sympa que de déjeuner dans les petits restaurants de plage qui proposent des plats quelconques à des prix qui ne le sont pas !

Une baignade plus loin, nous faisons retour vers notre point de départ. Le parc ferme à 17h et comme nous n’avons pas décidé de dormir sur place, nous devons respecter l’horaire. Nous reprenons un bus local qui est bondé et nous faisons le voyage debout.

En arrivant à l’hôtel, nous prenons une douche (froide) pour se faire beau ! Nous dînons d’un excellent repas et dodo !

Publié dans Colombie

Partager cet article
Repost0