Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

TARBERT / ILE D’ISLAY

Publié le par Neos

TARBERT / ILE D’ISLAY

Vendredi 3 août 2012

Nous nous levons de bonne heure (ça sent la redite !) car le ferry pour l’île d’Islay nous attend à 9h. C’est un superbe navire, flambant neuf qui va nous emmener après 2h de voyage sur la plus méridionale des Hébrides intérieures (autrefois, appelée « Queen of Hebrides », en référence à sa production de whisky au goût de tourbe si prononcé). Notre séjour de 2 jours va nous permettre de découvrir la population chaleureuse, fière de son histoire et de sa culture gaélique.

Notre navigation nous fait passer devant l’île de Gigha et on revoit le lieu où nous avons pique-niqué la veille. En arrivant à Port Ellen, nous découvrons une grande usine qui appartient à Diageo, société qui est la plus importante entreprise mondiale sur le marché des alcools et spiritueux.

Nous faisons les courses pour le repas du midi et nous déjeunons sur la petite baie bordée de maisons blanches typiques de la région. Juste après, nous prenons possession de notre logis, The Cala Sith Guest House, se trouvant à quelques centaines de mètres de là.

Nous commençons l’exploration de l’île par une escapade à Port Charlotte en empruntant la petite route qui longe le Loch Indaal et en passant par Bowmore, la capitale de l’île. Port Charlotte est sans doute le village le plus mignon de l’île, avec ses façades blanchies qui lui donne un air d’une grande douceur. C’est ici que nous découvrons notre premier « tas » de briques de tourbe » servant à se chauffer en hiver. En revenant vers Port Ellen, nous passons devant la distillerie Bruichladdich qui produit, parait-il le whisky le plus fortement tourbé au monde. C’est en fin d’après midi que nous avons notre premier rendez-vous avec une distillerie : Lagavulin. La visite nous permet de découvrir le processus de distillation qui permet d’obtenir le divin breuvage (à boire avec modération !) :

Tout commence par le maltage : Cette 1ère étape consiste à macérer une orge de haute qualité dans de l’eau pour amorcer la germination. Pendant ce processus, le grain se transforme lentement en malt, l’amidon de l’orge étant rendu soluble pour préparer sa conversion en sucres naturels dans la cuve-matière. La germination est interrompue en séchant l’orge ainsi transformée, dans le four à malt. C’est à ce stade que chaque distillerie détermine la saveur plus ou moins tourbée qui caractérisera le produit final.

Lors du brassage, l’orge maltée est broyée et mélangée à de l’eau chaude dans la cuve-matière. On obtient un liquide sucré, le moût, qui est prélevé pour la fermentation.

La fermentation est la 3ème étape. Une fois refroidi, le moût est introduit dans des cuves de fermentation où il est fermenté par addition de levures qui convertissement le sucre en alcool. Elle dure 2 ou 3 jours et produit un liquide appelé « wash » titrant 8 à 9° d’alcool.

La distillation intervient ensuite. Le « wash » est distillé 2 fois. La première distillation produit un liquide peu alcoolisé appelé « low wines » qui est ensuite redistillé dans l’alambic de deuxième chauffe. C’est pendant cette seconde distillation que l’on recueille le cœur de chauffe dans le récipient à eau de vie, titrant environ 65° d’alcool. Curieusement, la forme des alambics influe grandement sur le caractère de chaque whisky.

Le produit de la distillation transite dans le coffre à alcool pour permettre au distillateur de contrôler la force et la qualité de l’eau de vie. Il ne reste plus qu’à faire vieillir le produit fini !

Nous finissons la visite par l’incontournable dégustation qui, il faut bien le dire se passe très bien ! Le soir, nous dinons au bowling de Port Ellen, d’un excellent Haggis accompagné d’une non moins excellente bière locale.

Publié dans Ecosse

Partager cet article
Repost0

ILE D’ISLAY / ILE DE JURA / ILE D’ISLAY

Publié le par Neos

ILE D’ISLAY / ILE DE JURA / ILE D’ISLAY

Samedi 4 août 2012

La matinée va bien commencer puisque notre programme, nous invite à visiter la distillerie Laphroaig. C’est l’une des rares distilleries à exécuter encore son propre maltage. A noter que pendant l’époque de la prohibition aux États-Unis, ce malt continuait d’être importé légalement pour ses « vertus médicinales » … La classe !

Après cette découverte (et la dégustation), nous prenons la route pour l’île de Jura. Nous traversons la campagne et nous découvrons un champ d’exploitation de tourbe. La route passant tout près de la distillerie Caol Ila, nous nous y arrêtons pour faire quelques photos. On ne va pas toute les visiter quand même !

Le petit ferry nous attend vers midi et en 10 minutes, nous passons de l’autre coté de la rive et nous découvrons une île bien différente et encore sauvage : 6500 cerfs et 200 habitants ! Son unique route parcourt les 45 km de long. Le paysage n’est que montagnes et plaines tourbeuses qui se reflètent dans le Loch Tarbert. Bienvenue aux voyageurs recherchant solitude et inspiration !

Nous faisons une halte à Craighouse pour … visiter la distillerie. Celle-ci, bien que fermée le samedi nous est ouverte, car nous avions pris soin de prendre rendez-vous. Même si le processus de distillation est le même qu’ailleurs, nous ne boudons pas notre plaisir en découvrant des alambics différents de ceux que nous avons déjà vus. Une petite dégustation et quelques emplettes plus tard, nous quittons notre hôte pour aller pique-niquer au bord de la mer. Le temps est tellement beau que certains d’entre-nous se baignent ; oui mônsieur !

Nous reprenons la route vers le nord de l’île pour découvrir d’autres paysages tranquilles et paisibles. Sur le chemin du retour, nous apercevons au loin, sur la mer, un phoque qui se prélasse sur un rocher : une vraie star ! Après avoir repris le ferry, nous nous retrouvons sur Islay et comme notre route passe non loin de la distillerie de Bunnahabhain, nous faisons une halte photo !

Le temps étant extraordinairement beau, nous décidons d’aller passer un moment dans la réserve naturelle du Loch Gruinart. Cet endroit est le refuge de nombreux oiseaux et de moutons (de toute façon, il y en a partout !) Nous revenons par Bowmore et au passage on fait une photo de la distillerie pour compléter la collection. Les restaurants de Port Ellen sont tous complets quand nous arrivons et c’est vers 22h30 que nous arrivons à manger dans un restaurant indien pour nous rappeler un de nos précédents voyages !

Après cette grande journée, la nuit fut paisible.

Publié dans Ecosse

Partager cet article
Repost0

ILE D’ISLAY / OBAN

Publié le par Neos

ILE D’ISLAY / OBAN

Dimanche 5 août 2012

Après un formidable petit déjeuner, nous quittons cette partie de l’Ecosse pour remonter vers Oban, notre destination du jour. C’est un peu avec regret que nous laissons le petit port de Tarbert derrière nous car nous avions été séduits par sa tranquillité.

De la route nous apercevons une nouvelle fois une ferme aquacole se trouvant dans la mer. Nous faisons une étape à Inveraray pour visiter le château. Inveraray est un ancien bourg royal et capitale des ducs d’Argyll depuis le XVe siècle. Le château est la résidence familiale du 27ème chef de la branche ainée du clan Campbell. Nous y pénétrons en passant sous une imposante verrière se trouvant au dessus de la porte d’entrée et c’est une surveillante française, installée ici depuis 14 ans qui nous accueille. Nous parlons un peu du pays avant de commencer la visite !

Au rez-de-chaussée, on retrouve le grand hall, les superbes salles d’apparat, et un étonnant bureau circulaire qui regroupe maintenant une collection d’objets en porcelaine de tous pays Avant de passer à l’étage, nous traversons une salle exposant une quantité impressionnante d’armes superbement mises en valeur. A l’étage, nous pouvons découvrir la généalogie et l’histoire du clan. La pluie s’invitant, nous ne pourrons malheureusement pas déambuler dans les magnifiques jardins. Ce sera pour une prochaine fois !

Nous décidons de prendre une petite route qui longe le Loch Awe pour profiter des superbes paysages. Ce vagabondage nous amène tardivement à Oban. Après avoir pris possession de notre B&B, nous assistons à un magnifique coucher de soleil sur la baie. Ensuite, nous cherchons un pub pouvant nous servir à diner … mais après 9h, les cuisines sont fermées. L’écossais mange de (très) bonne heure. Nous finissons par trouver un Fish&Ships qui accepte de nous servir. Ouf ! Nous finissons la soirée au Lorne, pub traditionnel et sympathique.

C’est au Dunheanish Guest House, se trouvant sur les hauts de la ville, que nous passons la nuit, non sans être passer devant la distillerie pour faire une, désormais traditionnelle, photo.

Publié dans Ecosse

Partager cet article
Repost0

OBAN / FORT WILLIAM / MALLAIG / INVERGARRY

Publié le par Neos

OBAN / FORT WILLIAM / MALLAIG / INVERGARRY

Lundi 6 août 2012

Une superbe lumière sur la baie nous réveille. On peut voir au loin les silhouettes des îles de Kerrera et de Mull. Avant de partir nous allons faire un rapide tour à la McCaig’s Tower, monument un peu surprenant. C’est une réplique inachevée du Colisée de Rome ! Pas très esthétique, ce désormais jardin permet d’avoir une vue panoramique sur la ville.

Sur la route, nous apercevons le château de Stalker qui est une maison tour à quatre étages se trouvant sur une île accessible à marée basse du Loch Laich. Il a été porté à l'attention du public par le film Monty Python : Sacré Graal ! Il s'agit de l'une des maisons-tours les mieux préservées de l'ouest de l'Écosse.

Plus loin, nous bifurquons sur la droite pour profiter des paysages grandioses de la forêt du Glen Duror. C’est à cette occasion que nous faisons connaissance avec Willy Mc Fee. Ce dernier en costume d’apparat, joue de la cornemuse en plein milieu de la pampa ! Etonnant non ?

Cornemuse en Ecosse

Nous pique-niquons un peu plus loin accompagnés des fameux midges. Ces insectes ressemblent à des moucherons particulièrement voraces, qui se déplacent en formation serrée avant de fondre sauvagement sur leurs proies … Les midges sont particulièrement agressifs à l'aube et au crépuscule ; ils n'aiment ni le froid, ni les rayons du soleil, ni le vent, ni la fumée. Les lotions préventives vendues en France contre nos gentils moustiques aoûtiens n'y peuvent absolument rien... et celles vendues sur place ne sont pas toujours plus efficaces ! Le dicton ci-après résume bien la situation : « Un midge tué, cent qui viennent aux funérailles … »

Nous arrivons en début d’après midi à Fort William pour prendre le « Jacobite », le fameux train à vapeur ayant servi (avec les paysages) à plusieurs scènes des films Harry Potter. On peut faire le trajet jusqu’à Mallaig par le train classique (qui emprunte la même voie) mais il y a avec le steamer, le charme … et la lenteur qui permet d’en profiter au maximum.

A Mallaig, il n’y a rien à faire, qu’on se le dise. Alors, nous magasinons rapidement et nous nous attardons dans un pub pour un teatime reposant. Nous reprenons le train et nous dinons à Fort William dans un pub typique avant de rejoindre notre B&B se trouvant à Invergarry. La Craigard House est une maison victorienne datant de 1840 et est d’une royale tranquillité !

Publié dans Ecosse

Partager cet article
Repost0

INVERGARRY / LOCH NESS / FORT GEORGE / INVERGARRY

Publié le par Neos

INVERGARRY / LOCH NESS / FORT GEORGE / INVERGARRY

Mardi 7 août 2012

Ce matin, direction … le Loch Ness ! Cet accident géologique coupe les Highlands en 2 entre Inverness au nord-est et Fort William au sud-ouest. Le loch Ness se révèle plus profond que la mer du Nord (jusqu’à 230m face au château d’Urquhart). Ce loch est célèbre pour son fameux monstre … Le monstre du Loch Ness désigne un hypothétique animal aquatique et terrestre supposé y vivre. Surnommé Nessie, il est souvent décrit comme ressemblant à un serpent de mer. Il devait être en vacances car nous ne l’avons pas vu ! (où alors, il a des heures de sortie !)

Nous prenons un bateau pour aller visiter le château d’Urquhart. Construit au XIIIe siècle sur un promontoire rocheux au bord du Loch Ness, Il est l'un des plus grands d'Écosse. Ce site spectaculaire revêtait une importance majeure pour tous ceux qui voulaient contrôler la Grande Vallée – un passage stratégique qui reliait l'Argyll et le sud-ouest à Inverness et au nord-est. Convoité et assiégé plusieurs fois, il reste peu de traces des premières fortifications. Le promontoire rocheux battu par les vents au pied du Loch Ness ayant perdu son attrait auprès des Grants. Le château servit brièvement de caserne dans les années 1690. C’est un site très bien réhabilité et agréable à visiter.

Nous reprenons notre bus et après notre pique-nique quotidien, nous entamons la visite de Fort George se trouvant an bord de la mer du Nord. Ces fortifications d’artillerie sont les plus extraordinaires en Europe. Il a été construit suite à la rébellion Jacobite en 1745 pour servir de quartier général à l‘armée de George II. Le fort a été conçu selon les plus hauts critères de fortification d’artillerie de l’époque. Dans ses murs on trouvait des baraquements pour loger un détachement d’artillerie et deux régiments d’infanterie de 1 600 hommes. Il y avait la maison du Gouverneur, un dépôt d’explosifs contenant 2 500 barils de poudre, une brasserie, un fournil, divers entrepôts et une chapelle (dans laquelle on trouve le vitrail d’un ange qui joue de la cornemuse !). Son armement comprenait douze canons de 42, quatre de 32, vingt-et-un de 12, quatre de 6 et deux mortiers de 33 cm. La réorganisation de l’armée en 1881 donna au fort une nouvelle raison d’être. Il devint le dépôt du régiment des Seaforth Highlanders, et est resté un baraquement militaire en fonctionnement depuis cette date. Visite très intéressante à ne pas manquer si on se trouve dans cette région.

Nous prenons le chemin du retour en faisant une halte aux Clava Cairns. On y découvre 3 tumulus avec chambres mortuaires, chacun entouré par un cercle de menhirs forment un des sites préhistoriques les plus impressionnants d’Ecosse.

Le soir, nous dinons au B&B (le cheese-cake était excellent ^^) avant de prendre un repos bien mérité.

Publié dans Ecosse

Partager cet article
Repost0