Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

MARIE-GALANTE

Publié le par Neos

MARIE-GALANTE

Vendredi 25 octobre 2013

Nous partons de bon matin pour rejoindre la gare maritime de Bergevin pour prendre l’Express des îles en direction de Marie-Galante. L’hôtesse de caisse n’a pas dû bien dormir la veille car l’accueil est peu chaleureux …

Juste après le départ, le cap’tain annonce que l’heure de traversée va être un peu agitée. Et en effet, la mer est … formée, comme on dit. Des creux (donc des hauts !) de plus d’un mètre jalonnent notre navigation et quelques passagers sont plutôt « blancs » !

Dès notre arrivée à Grand-Bourg, nous louons un véhicule pour parcourir l’île. Ce mode de locomotion est préférable au scooter, car la surface est quand même importante. Notre premier arrêt est pour l’écomusée Murat. Autrefois, vaste domaine couvrant une superficie de 200 hectares, cette ancienne habitation sucrerie, appelée “Bellevue Laplaine“, était consacrée au début du 19èmesiècle à la culture de la canne à sucre. Construite au début du 20ème siècle par les Murat, Père et Fils (1807-1868), une riche famille de planteurs, originaires du sud-ouest de la France (Cap Breton), ce domaine comptait une trentaine de bâtiments.
Une population de 307 esclaves vivait dans des petites cases à Nègres, dont il reste quelques vestiges. Construites en branchages tressés (gaulettes) et revêtues d’une toiture en paille de canne ou joncs des marais, les cases à Nègres, une centaine, étaient situées sous-le-vent derrière la mare au nord-est de la maison de maître. Ces habitats précaires, alignés sur plusieurs rangés, formaient un village africain.
L’effondrement des cours mondiaux du sucre allaient précipiter sa fin.

Nous reprenons notre route dans le sens des aiguilles d’une montre. Sur notre droite, nous apercevons l’habitation Roussel-Trianon avec son ancienne écurie en excellent état et son moulin. Nous continuons notre exploration par la distillerie Bielle qui, produit le rhum que je préfère. Après la visite et les inévitables emplettes, nous allons découvrir le moulin Bézard, qui est le mieux conservé de l’île. Malheureusement il n’est pas mis en valeur.

Juste après Saint-Louis, nous faisons une halte sur la plage des moustiques où nous sommes seuls au monde. Des vrais Robinson. Nous "farnientons" sur une magnifique plage de sable blanc au bord d’une eau d’un bleu limpide. Le bonheur simple ! Il nous faut reprendre notre chemin et c’est à Capesterrre que nous trouvons un lolo dans lequel nous mangeons un succulent Colombo. Nous revenons tranquillement sur Grand-Bourg et comme nous avons un peu de temps devant nous, nous décidons de nous baigner ! Quelle vie !

C’est vers 17h que nous reprenons le bateau et la mer est toujours « capricieuse ». Le soir, nous dinerons chez l’habitant de plats typiques.

Publié dans Guadeloupe

Partager cet article
Repost0

POINTE-A-PITRE

Publié le par Neos

POINTE-A-PITRE

Samedi 26 octobre 2013

Après le petit déjeuner, que nous arrivons, enfin, à prendre à un horaire de vacanciers, nous allons à Pointe-à-Pitre pour visiter le centre-ville et surtout le marché.

Nous rejoignons notre amie, sa mère et sa fille sur la place de la Victoire et nous empruntons les rues piétonnes jusqu’au marché aux fleurs qui, curieusement est éloigné des autres parties du marché … Il y a donc peu de monde devant les stands. La place est dominée par la cathédrale Saint-Pierre et Saint-Paul. De style néo-classique, elle est constituée d'une armature métallique Eiffel posée en 1872 puis habillée par la suite.
Les tribunes recevaient les hommes, les femmes en bas, un peu comme dans le sud-ouest ...

Nous nous dirigeons ensuite vers le marché aux épices qui regroupe sous les halles une quinzaine de « doudous » devant leurs stands colorés et hauts en couleurs. Le seul désagrément, c’est qu’elles sont un peu agressives dans la vente. On arrive assez vite à les calmer et à pouvoir faire un tour de ce marché « olfactif ». Tout de suite après, nous nous allons flâner dans le marché alimentaire. Les fruits et légumes de l’île sont présents partout. Et il y a le marché aux poissons. Il est tellement alléchant que nous achetons de l’espadon pour notre déjeuner.

Après le déjeuner à notre gîte, nous décidons de passer l’après-midi au calme sur une plage. Nous choisissons d’aller à Sainte-Anne sur la plage de la Caravelle. Cocotiers dont l'ombre se dessine sur le sable blanc et eau transparente, elle fait figure de paradis de carte postale. Le seul reproche qu’on peut lui faire est que le chemin pour y accéder n’est pas propre du tout. Globalement, on constate que, malheureusement, la Guadeloupe n’est pas toujours très propre …

Publié dans Guadeloupe

Partager cet article
Repost0

SUD GRANDE-TERRE

Publié le par Neos

SUD GRANDE-TERRE

Dimanche 27octobre 2013

Nous prenons la route vers Le Moule pour aller voir la Porte d’Enfer (encore une !) se trouvant juste à côté. C’est un superbe endroit, à la fois ouvert au vent et avec une mer venant heurter les rochers et une plage tranquille logée dans une petite crique abritée.

Nous découvrons ensuite, la maison Zevallos. C'est une maison magnifique d'époque coloniale, dont l'origine présumée est intéressante : il se raconte en effet qu'un riche industriel de Louisiane aurait commandé vers 1870 deux maisons à l'atelier Gustave Eiffel. Au 19ème siècle les colonnes qui soutenaient les vérandas étaient en bois. Pour l'époque, ces colonnes métalliques de la maison Zevallos, finement travaillées, ces fines balustrades étaient quelque chose de vraiment nouveau. Les maisons devaient être livrées en Louisiane... en bateau. Malheureusement, le navire qui transportait les maisons dû faire escale à Pointe à Pitre pour cause d'avarie. Le propriétaire du bateau vendit alors les maisons pour pouvoir payer les réparations de son bateau. Les maisons ne sont jamais arrivées jusqu'en Louisiane, leur voyage s'est arrêté en Guadeloupe. Histoire vraie ou légende ?

Un peu plus loin, une pancarte nous invite à découvrir un Pit-à-Coq, lieu emblématique dans lequel se déroulent les fameux combats de ces gallinacés. Nous poursuivons par la visite se Saint-François et son marché pittoresque. Vers 12h, nous faisons halte sur la plage des Raisins Clairs pour une baignade bien méritée. En ce dimanche, cette superbe plage accueille de grandioses pique-niques comme seuls les guadeloupéens savent organiser. Après le déjeuner dans un lolo, nous partons pour la pointe des Châteaux. Cette péninsule est située à l’extrémité Est de l'île de Grande-Terre. Constituée d’une large bande littorale balayée par des vents souvent violents, elle se distingue par ses aiguillons, surgissant de l'océan, reliques d'une falaise érodée par les vagues et les embruns, et qui n'abrite plus qu'une faune et une flore rares, dont certaines espèces endémiques.

Après une courte marche, nous décidons de profiter du soleil à la plage de l’Anse de la Gourde. Sieste, baignade et lecture sont nos occupations de l’après-midi. Le soir, nous dînons chez une de nos amies d’un repas typique. En voilà une journée sympathique !

Publié dans Guadeloupe

Partager cet article
Repost0

NORD BASSE-TERRE

Publié le par Neos

NORD BASSE-TERRE

Lundi 28 octobre 2013

Nous partons sur Basse-Terre et nous empruntons la route des mamelles (aussi appelée la route de la traversée) pour rejoindre Pointe-Noire. Sur la route, nous nous arrêtons à la cascade des écrevisses. C’est un endroit agréable, où il fait bon passer quelques instants pour profiter de la fraicheur, quand il ne pleut pas ! Plus loin, sur la route, nous décidons de profiter de la maison du parc pour faire un sentier de découverte de la forêt. Et c’est au milieu de cette petite promenade que la pluie nous surprend. Et comme toutes les pluies tropicales, celle-ci est « sévère » ! Nous arrivons à nous abriter en attendant que le déluge cesse.

Nous filons ensuite vers le nord et c’est juste avant midi que nous arrivons dans la charmante petite ville de Deshaies. Ce petit bourg, plein de charmes est un des villages les plus tranquilles de l’île. Il est à flanc de coteau et ses maisons créoles aux vives couleurs sont nichées au cœur d’une jolie petite baie. Nous déjeunons sur une terrasse au bord de l’eau.

Après ce déjeuner sympathique, nous décidons de nous baigner sur la plage de Grande-Anse. Au loin, le ciel noir annonce l’arrivée de la pluie. C’est donc, de façon préventive, que nous abrégeons notre baignade et bien nous en a pris. En effet, 5 minutes après, la pluie est là … et elle est là pendant 10 bonnes minutes avec une intensité qui nous empêche presque de distinguer notre voiture qui est à quelques mètres de nous !

Nous logeons ensuite les magnifiques plages pour rejoindre la distillerie Saint-Séverin où nous faisons quelques emplettes. Sur la route, nous achetons quelques légumes et fruits pour notre repas du soir.

Publié dans Guadeloupe

Partager cet article
Repost0

POINTE-A-PITRE / PARIS

Publié le par Neos

POINTE-A-PITRE / PARIS

Mardi 29 octobre 2013

Pour cette dernière journée, nous n’avons rien prévu de particulier. Nous prenons notre véhicule pour aller découvrir Vieux-Bourg et la mangrove. Au retour, nous filons vers le Fort Fleur d’Epée qui se situe au-dessus de Gosier. Il a été construit sur un plan polygonal de Vauban, entre 1750 et 1763. L'histoire raconte qu'un soldat, surnommé Fleur d'épée, avait une case à l'emplacement du fort. Le nom du fort Fleur d'épée viendrait de là. Monter au fort, c'est trouver un endroit calme où il fait bon se reposer quelques instants à l'ombre des flamboyants. En prime, une vue imprenable sur la baie du Gosier et sur la Basse-Terre.

En fin d’après-midi, nous restituons notre gîte et la voiture de location. Avant d’embarquer dans notre avion de retour, nous repensons à cette semaine, qui évidemment est bien trop courte pour découvrir plus avant cette belle île. Mais ne boudons pas notre bonheur. Nous avons vu de beaux paysages nous avons plongé dans des eaux chaudes et claires, alors que nous sommes en octobre (ne l’oublions pas !) et nous avons aussi fait de magnifiques rencontres humaines avec nos amies et avec des habitants fort sympathiques.

Comme le dit ce proverbe guadeloupéen « L'inconnu est un vaste pays. », nous allons continuer à plonger dans l’inconnu !

Publié dans Guadeloupe

Partager cet article
Repost0