Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

BOGOTA

Publié le par Neos

Dimanche 11 mars 2019

Le voyage commence véritablement aujourd’hui, nous allons nous plonger dans le quotidien de la Colombie et de sa capitale !

Après un excellent petit déjeuner, et en attendant notre guide du jour, nous faisons un petit tour dans les rues adjacentes de l’hôtel. Une occasion de découvrir l’architecture et une belle boulangerie française ! Cocorico !

A 8h30, Jhonny, notre guide arrive à l’hôtel et nous partons à pied, en empruntant les ruelles de la ville, vers Monserrate, vigie de la capitale du pays. En ce dimanche, il est prudent d’y aller de bonne heure car il va y avoir foule. Nous prenons le funiculaire pour grimper tout en haut. Du haut de ses 3 152 mètres, le point de vue est spectaculaire sur Bogota ! Un office se déroule en la basilique immaculée et imposante du Señor Monserrate. Les fidèles se bousculent pour faire bénir de l’eau qu’ils emporteront chez eux comme un trophée. Nous nous dirigeons ensuite vers le musée de l’or. Il s’agit de l’un des musées les plus emblématiques de la ville et je dirai même du pays. Situé en plein centre historique, ce musée, entièrement  rénové en 2008, préserve la plus grande collection d’orfèvrerie précolombienne au monde. On y découvre un aperçu des principales civilisations qui ont peuplées la Colombie et surtout la culture et le mode de vie à l’époque préhispanique. C’est vraiment un incontournable qui vaut vraiment le détour.

Nous déjeunons dans un petit restaurant local dans lequel il n’y a que des colombiens, impeccable ! Nous allons vite comprendre que ce n’est pas dans ce pays que nous allons maigrir : les portions peuvent nourrir 2 personnes et les légumes principaux sont les pommes de terre et le riz …

Après s’être rassasiés, nous filons vers la place Bolivar en slalomant entre les très nombreux étals peuplant la rue piétonnière principale. En effet, le dimanche est jour de grand déballage, style vide grenier de chez nous.

La place Bolivar est la place la plus remarquable de la ville. Elle est située en plein centre historique et est entourée de bâtiments publics importants comme la Cathédrale Primada, l’hôtel de ville, le palais de justice et le capitole. La cathédrale, de style néoclassique, a été construite entre 1807 et 1823 par le moine capucin et architecte espagnol Domingo de Petrés. L’intérieur est assez simple et abrite de très belles orgues.

Nous nous dirigeons ensuite vers le musée Botero. C’est le deuxième musée incontournable de la ville qui se situe non loin du musée de l’or dans une ancienne maison coloniale. Il présente une belle collection d’œuvres que le peintre Fernando Botero a donnée au pays. Au-delà des tableaux et des sculptures du peintre, on trouve une petite collection d’œuvres d’autres artistes internationaux tels que Picasso ou encore Dali. On a vraiment aimé l’ambiance de ce musée avec ces petits patios et Botero a vraiment un style bien à lui !

Nous finissons notre première journée de visite par un petit tour sur la place du Chorro de Quevedo. C’est ici que Bogotá a été fondée le 6 août 1538. Beaucoup d’animation car la petite place sert de scène aux artistes ambulants, et c’est là que se réunissent les étudiants universitaires. Une petite ruelle nous conduit à notre hôtel et on admire les nombreux graffitis qui ornent les murs comme un peu partout dans la ville.

Comme nous sommes un peu fourbus, nous dînons non loin de l’hôtel et ce n’est pas une réussite ! On fera mieux demain. Bonne nuit !

 

Publié dans Colombie

Partager cet article

Repost0

BOGOTA / VILLA DE LEYVA

Publié le par Neos

Lundi 12 mars 2019

Notre petit déjeuner avalé, notre chauffeur pour les jours à venir nous attend. Andres a la double nationalité américaine et colombienne et parle l’anglais, ce qui va nous faciliter la vie car notre pratique de l’espagnol est proche de zéro !

Nous allons avoir une longue journée de route pour rejoindre Villa De Leyva situé à 200 km et avec l’état des routes et les étapes que nous avons prévues, on devrait y arriver assez tard dans la soirée. Alors, en route !

Première étape pour le grand marché de Paloquemao. C’est le marché des bogotanais, un lieu unique, la grande surface avant l’heure… À la manière d’un souk aux multiples ruelles, on a du mal à s’orienter, on y trouve de tout : des ustensiles de cuisine…de quoi se guérir… des tonnes de pommes de terre, des milliers d’œufs, du prêt à manger et des montagnes de fruits et légumes. On circule à l’étroit dans les allées. Il y fait sombre et les odeurs ne sont pas toutes appétissantes mais l’endroit reflète la vérité de la vie locale courante.

 

Après ce moment que nous apprécions particulièrement, nous prenons la route pour la mine de sel de Nemocón. Nous avons préféré venir ici plutôt qu’à Zipaquira car le site nous semblait plus authentique. Avec son église, ses maisons colorées et la montagne tout autour, on est bien dans un village typiquement colombien.

Et c’est parti ! A 80 mètres sous terre,  nous parcourons les 1.600 mètres de galeries dont on a extrait, entre 1816 et 1968, 8 millions de tonnes de sel. Les 28 miroirs de saumure dans lesquels on dissolvait les roches de sel sont étranges, car ils produisent un effet optique impressionnant. Au fil de notre visite, le guide nous explique l’histoire de la mine, le travail des ouvriers, la formation du sel… Mais aussi l’histoire d’un tournage de film, qui a en partie eu lieu à l’intérieur de la mine : « The 33 », l’histoire vraie des 33 mineurs chiliens restés prisonniers plus de 2 mois sous terre après l’éboulement de la mine où ils travaillaient.

 

Nous déjeunons en cours de route et c’est vers 17h que nous arrivons au petit village de Raquira qui est réputé pour ses poteries et ses rues colorées. Nous magasinons un peu, ce qui nous permet de nous dégourdir les jambes. Nous sommes cependant déçus, car l’authenticité colombienne des produits artisanaux proposés est « douteuse ». Alors nous reprenons rapidement notre minibus et arrivons vers 18h30 à notre hôtel, petit bijoux dans le centre de Villa de Leyva : Villa des Angel.

 

Après s’être installés, nous partons en ville, sous une pluie battante, pour trouver un petit restaurant pour le repas du soir. Après une bonne soupe de poulet, nous revenons à l’hôtel et nous nous endormons assez rapidement car la route nous a épuisés.

Publié dans Colombie

Partager cet article

Repost0

VILLA DE LEYVA

Publié le par Neos

Mardi 13 mars 2019

 

La nuit a été excellente et reposante ! Après un merveilleux petit déjeuner (cet hôtel est vraiment « top »), Andres et Maria, notre guide locale nous emmènent pour la matinée à la découverte des environs de Villa de Leyva.

 

Notre première halte sera pour la casa Terracota. L’architecte Octavio Mendoza a littéralement modelé cette maison qu’il a conçue et habitée. Celle-ci a été construite exclusivement à la main avec de l’argile cuit à haute température. Elle a été bâtie par morceaux successifs et l’argile a cuit au contact du feu.

De l’extérieur, Casa Terracota ressemble à un immense monticule d’argile, grossièrement façonné pour ressembler à un chalet. A l’intérieur, les pièces se courbent et se jettent les unes dans les autres, comme si toute la maison avait été coulée dans un moule unique. Cette maison rustique offre quelques commodités modernes : panneaux solaires pour l’eau chaude, toilettes et lavabos couverts en mosaïques colorées, deux étages avec un salon et une chambre et une cuisine entièrement fonctionnelle. Visite tout à fait étonnante et incontournable !

 

De là, nous filons visiter le site archéologique El Infiernito (petit enfer) qui est un des rares sites de la civilisation Muisca ayant survécu à la conquête espagnole du XVIe siècle. Lorsqu'ils découvrirent le site, les conquistadors le considérèrent comme païen et le nommèrent El Infiernito. Nous commençons la déambulation par un alignement de pierres qui forme un calendrier destiné à prédire les saisons, les équinoxes et la saison des pluies. Plus loin, sont dispersés d’autres menhirs en grès roses qui ont été taillés et possèdent dans leur partie supérieure un cercle incisé les faisant ressembler à des phallus. L’objectif était de réaliser des offrandes pour la fertilité de la terre. Les fouilles ont également mis en évidence la présence de cinq sépultures d'adultes et d'enfants.

Le site permet aussi d’avoir une vision large et globale sur toute la vallée.

 

La troisième étape de la matinée est pour le monastère Ecce Homo. Il a été fondé par l'ordre des Dominicains en 1620. Depuis 1958, abrite un Musée d'Art Colonial, qui possède des peintures murales du XVIIème et du XVIIIème siècle, des pièces religieuses et des livres chorales, entre autres.  Le lieu est comme souvent calme et reposant. Son cloître invite à la méditation.

 

Après cette matinée culturelle bien remplie, nous revenons à Villa de Leyva et nous faisons un tour de la place centrale. Elle est la plus grande place principale de toute la Colombie ! Avec ses ruelles pavées chauffées au soleil de la matinée, on s'attendrait presque à voir surgir des bandits à cheval, les sabots claquant sur le pavé ! Notre guide nous emmène dans un petit restaurant où elle a l’habitude de déjeuner et nous ne sommes pas déçus : bon et copieux !

 

Après le repas, nous découvrons au gré du hasard, les ruelles, l’architecture des belles maisons et Maria nous conte l’histoire de la ville. Nous cheminons jusqu’à l’institut de recherche sur les ressources biologiques qu’Alexander von Humboldt, naturaliste, géographe et explorateur allemand   fonda sur les bases de ses explorations scientifiques. Curieux de trouver un tel institut dans cet endroit de la planète avec notamment une belle collection de papillons colombien.

 

En cette fin d’après-midi, un nouveau challenge nous attend : l’apprentissage du Tejo … Nous rejoignons un petit village situé non loin de la ville et découvrons le hangar, objet de nos futurs exploits ! Mais c’est quoi donc le Tejo ? C’est une sorte de jeux de palet à la colombienne… C’est-à-dire avec des explosifs ! Chaque action remporte un certain nombre de points et évidemment les explosions rapportent un grand nombre de points. Super divertissant ! Au regard du nombre de bouteilles de bière vides, on comprend que la poussière assèche vite les gosiers des joueurs !

Après 2 parties endiablées, nous dînons d’une picada locale qui ne nous laissera pas un souvenir impérissable.

 

Bonne nuit tout le monde !

Publié dans Colombie

Partager cet article

Repost0

VILLA DE LEYVA / BARICHARA

Publié le par Neos

Mercredi 13 mars 2019

 

Notre matinée sera consacrée au transfert par la route vers notre prochaine étape : Barichara. Alors, une fois le petit déjeuner avalé, nous disons au revoir à nos charmants hôtes qui nous ont accueillis pendant ces 2 jours. En route !

 

Nous traversons des paysages de montagne et nous déjeunons dans un des nombreux restaurants qui bordent les routes. C’est un peu avant 14h que nous arrivons à l’hôtel Hicasua, notre gite pour les 2 jours qui arrivent. Nous sommes un peu déconcertés par l’absence de vitres aux fenêtres de notre chambre. Plus tard, nous remarquons progressivement que tout le village est conçu ainsi. Il ne fait pas bon être vitrier dans le coin ! Nous avons rendez-vous à 14h30 avec Diana, notre guide locale et celle-ci n’arrive pas ! Un coup de fil à l’agence locale pour exprimer notre « vive émotion » et  finalement vers 15h, Jéronimo arrive en courant et tout rentre dans l’ordre !

 

Notre après-midi sera consacrée à la découverte de ce magnifique petit village de 7 000 âmes, aux murs blancs et aux toits orangés. Au fil des rues, Jéronimo nous raconte l’histoire de la ville qu’il maîtrise parfaitement (il sera le meilleur guide de notre quinzaine). Ce qui nous surprend, c’est le calme de la ville, les rues sont pratiquement vides !  Sur la place centrale, bien ombragée se dresse la cathédrale de la ville. Elle est simple et lumineuse. Notre cheminement nous conduit sur une petite place, située tout en haut de la ville. Celle-ci abrite la petite chapelle Santa Barbara, église romane toute simple qui est fermée en cette fin de journée. Cet endroit est aussi idéal pour faire une halte et observer les rangées de toits couverts de tuiles, qui semblent regarder vers les  montagnes. La lumière est magnifique.

 

Après quelques pas dans le jardin public, nous observons une maison en construction selon la technique locale du pisé. Plus loin, un arrêt au mirador nous permet de découvrir la vallée et les montagnes environnantes. Nous finissons notre tour de ville par la visite de la fabrique artisanale de papier à partir de fique, une fibre naturelle qui pousse dans les feuilles de cette plante andine. Créée en 2001 dans le but de soutenir financièrement les femmes monoparentales, l'usine de la Fundación San Lorenzo est aujourd'hui le premier employeur à Barichara.

 

Le soir, nous dînons chez Gladys, figure emblématique de la ville. Elle tient le restaurant « La Peñita », lieu fréquenté par les locaux. Impeccable !

Publié dans Colombie

Partager cet article

Repost0

BARICHARA

Publié le par Neos

Jeudi 14 mars 2019

 

Nous prenons le petit déjeuner sur la terrasse extérieure et c’est quand même le bonheur ! A 8h30, le départ sonne pour notre activité du matin : randonnée pédestre jusqu’au petit village de Guane en empruntant le Camiño Real. 9 km pour découvrir la faune et la flore. Et puis faire de l’exercice ne peut que nous faire du bien, parce qu’avec ce que nous mangeons, on va finir par devoir changer la garde-robe !

 

Avant de marcher, nous visitons la chapelle Santa Barbara qui est aussi simple de l’intérieur que de l’extérieur. Le départ du chemin est situé non loin du mirador, en haut de la ville. Il débute par un beau panorama sur la vallée, puis il serpente au milieu des champs . Nous apercevons un superbe oiseaux, le barranquero et nous profitons de la flore avec les castagnetos (arbres, à fleurs jaunes dont les graines forment des castagnettes), nous rencontrons un berger avec ses chèvres … Nous marchons aux pas du sénateur pour profiter pleinement de ces bons moments et des explications de Jéronimo. Au 2/3 du parcours, nous faisons une halte chez Térésa pour se désaltérer. Elle présente une petite collection de fossiles et vend aussi quelques objets artisanaux que sa fille fabrique. La ferme est pauvre et les bâtiments sont fatigués, mais elle est accueillante et apaisante.

 

Nous arrivons à Guane, joli petit village aux ruelles pavées et … vides. Mais où sont les habitants ? Nous avons l’impression d’être seuls sur la place centrale ! Ce village est empreint de la culture Guane où les indigènes ont été massacrés par les espagnols. Nous visitons le petit musée archéologique, mais tout le monde l'appelle musée de la momie parce que... y'a une momie ! Ce n'est pas l'attraction du siècle, et le plus intéressant du musée reste sa partie fossile en nombre impressionnant (plus de 8 000 pièces intéressantes). La deuxième partie du musée retrace l'arrivée des indigènes (la momie est celle du cacique du coin), la colonisation espagnole... La vieille dame qui s'occupe de la visite raconte ce qu'elle sait avec enthousiasme ! La visite dure environ 30 minutes.

 

Nous revenons à Barichara en tuc-tuc, véhicule standard ici. Un bon moment de rigolade ! Nous déjeunons dans la cantine de Jéronimo et testons la Chicha (boisson fermentée à base de maïs) et le Guarapo (boisson fermentée à base de canne à sucre). Ces deux boissons ne nous laisseront pas un souvenir impérissable et le cou de chèvre farci que nous mangeons est bon (et copieux !).

 

Après le déjeuner, direction une fabrique artisanale de tuiles en terre cuite. Une nouvelle aventure s’ouvre à nous ! Ramon, l’artisan nous reçoit sur la terrasse ombragée de sa maison et nous raconte son aventure. Comment il a réussi à fédérer les familles de la vallée pour sauver cette activité, comment il a réussi à faire en sorte que ce patrimoine vivant soit préservé en recevant les écoles de la région en vue de transmettre son savoir et surtout sa passion. Car l’homme est passionné et passionnant ! Tout en visitant les installations, il nous raconte les étapes de la fabrication des tuiles. A son regard, on perçoit bien que ses tuiles sont toute sa vie ! Et nous voilà entraînés dans la fabrication d’une tuile, sur laquelle chacun laissera son empreinte de main. Une fois cuite, elle rejoindra sa collection ! Un après-midi riche en découverte et surtout riche d’avoir partagé quelques instants avec Ramon, un homme fier de son savoir-faire.

 

Le soir, nous trouvons un petit restaurant qui propose des salades. Hourra ! Ensuite, la nuit douce nous emportera au pays des songes …

 

Publié dans Colombie

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>