Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LOUXOR – RIVE EST

Publié le par Neos

Dimanche 3 novembre 2019

 

En voyage, on se lève assez tôt finalement … nous sommes au petit déjeuner vers 8h et la terrasse est toujours aussi sympathique avec la belle lumière du matin.

Nous partons vers 8h30 pour le complexe de Karnak afin de profiter de la lumière et d’éviter au maximum les « hordes » de touristes en provenance des bateaux de croisière.

 

En arrivant devant le premier pylône, on se dit qu’on va « cramer de la pellicule », tellement c’est impressionnant et immense ! Karnak est un complexe extraordinaire de sanctuaires, de kiosques, de pylônes et d'obélisques dédiés à la triade thébaine mais également à la plus grande gloire des pharaons. Le complexe est dominé par le grand temple d'Amon-Ra - l'un des plus grands complexes religieux du monde - avec son célèbre hall hypostyle, une forêt spectaculaire de colonnes géantes en forme de papyrus.

 

En fait, la description de cette cité peut se résumer avec ces paroles de Jean-François Champollion en 1829 :

« J’allai enfin au palais ou plutôt à la ville de monuments, à Karnak. Là m’apparut toute la magnificence pharaonique, tout ce que les hommes ont imaginé et exécuté de plus grand. Tout ce que j’avais vu à Thèbes, tout ce que j’avais admiré avec enthousiasme sur la rive gauche, me parut misérable en comparaison des conceptions gigantesques dont j’étais entouré... Il suffira d’ajouter, pour en finir, que nous ne sommes en Europe que des Lilliputiens et qu’aucun peuple ancien ni moderne n’a conçu l’art de l’architecture sur une échelle aussi sublime, aussi large, aussi grandiose, que le firent les vieux Égyptiens ; ils concevaient en homme de cent pieds de haut, et nous en avons tout au plus cinq pieds huit pouces. L’imagination qui, en Europe, s’élance bien au-dessus de nos portiques, s’arrête et tombe impuissante au pied des cent quarante colonnes de la salle hypostyle de Karnak. »

 

Nous allons découvrir ensuite le temple de Louxor. Dédié à la triade des divinités de Thèbes Amon, Mout et Khonsou, il était relié au premier pylône du Grand temple d'Amon à Karnak par une avenue rectiligne de 2.5 kilomètres bordé de plus de 700 sphinx qui traversait la ville. Il en subsiste les deux extrémités, ainsi qu'un tronçon mis à jour au centre de la ville moderne. Ce monument n'était qu'un temple reposoir utilisé une fois l'an, lorsque le dieu Amon quittait solennellement son sanctuaire principal de Karnak.

Après ces moments d’émotion intense, nous passons à une activité plus « terre à terre » : une déambulation dans le souk de la ville. Celui-ci, bien que modeste, est intéressant à découvrir. De plus les marchands ne sont pas agressifs, ce qui est bien.  Au loin, nous apercevons l’église copte de Sainte Marie et nous décidons d’aller la visiter. Entre 10% et 15% des égyptiens pratiquent ce culte.

 

Nous avions décidé d’aller visiter le musée de la ville après le déjeuner et … c’est raté. Le musée est fermé entre 14h et 17h … n’importe quoi ! Nous décidons donc de revenir à l’hôtel. Nous traversons le fleuve avec un bateau-taxi et tuc-tuc ensuite.

Après un temps de repos, nous allons découvrir au coucher de soleil le Ramesseum, appelée aussi le temple de Millions d'Années de Ramsès II. Il constituait l'endroit où le renouvellement de l'essence divine de pharaon était célébré. Ce vaste ensemble était un important centre économique, culturel et religieux. On y voit encore les grands silos à grains qui préservaient les richesses du pharaon.

 

Nous dinons dans le petit restaurant se trouvant à côté de l’hôtel et finalement, le sommeil nous attrape assez vite !

Publié dans Egypte

Partager cet article

Repost0

LOUXOR / ASSOUAN

Publié le par Neos

Lundi 4 novembre 2019

 

Après ces 2 jours à Louxor, notre voyage va nous conduire 270 km plus loin : Assouan. Lors de la préparation de notre voyage, nous avons étudié plusieurs options : Bateau ou voiture. Bien que la voiture soit plus fatigante, c’est ce que nous avons choisi afin de voir d’un peu plus près la vie de tous les jours en traversant les villages. Le seul hic, c’est l’impossibilité de s’arrêter en fonction d’opportunités, sécurité oblige selon notre guide …

 

Bref, notre première étape sera pour la ville d’Edfou et son temple. Ce dernier est le mieux conservé de toute l'Egypte antique. Dédié au dieu faucon Horus, il fut érigé à l'époque ptolémaïque sous Ptolémée III. Le dieu Horus est un des dieux les plus anciens dans la mythologie égyptienne. Souvent représenté par un faucon, son nom signifie le lointain. C’est le dieu protecteur de l’ordre pharaonique. Plusieurs mythes sont associés à Horus. Dans le premier, Il forme un binôme avec Seth, son éternel rival, avec qui il a un enfant : Thot. Dans le second, il est l’enfant d’Isis et Osiris. Il combat son oncle, Seth, le meurtrier d’Osiris.

 

Après cette découverte, nous continuons notre route pour partir vers le temple de Kom Obo. Les vestiges du temple dominent, du haut d'une petite colline, une boucle du Nil, à la manière d'une acropole. Le site fut choisi en fonction de son intérêt stratégique ; la colline dominait à la fois le Nil ainsi que l'accès aux importantes mines d'or de la Nubie. La singularité de ce site est autant architecturale que religieuse. Le complexe présente un plan quasi unique en Égypte : il est constitué de deux temples réunis, car consacrés simultanément à deux divinités principales. La partie sud était dédiée au dieu faucon Horus l'Ancien et la partie nord au dieu crocodile Sobek. Le temple dispose d'ailleurs d'une porte d'entrée et d'un sanctuaire pour chacune de ces deux divinités.

 

On y découvre aussi 2 curiosités intéressantes : un nilomètre qui permettait, entre autre de fixer le montant des taxes en fonction de la hauteur de la crue et un petit musée conservant des crocodiles momifiés.

 

C’est en milieu d’après-midi que nous arrivons à notre lodge, l’Anakato wadi Kiki, situé dans un petit village nubien à quelques kilomètres d’Assouan. Etant un peu fatigué de la route, nous décidons de rester à l’hôtel. En fin d’après-midi, avant de diner, nous faisons un tour du village qui dispose d’un souk bien garni !

Publié dans Egypte

Partager cet article

Repost0

ASSOUAN

Publié le par Neos

Mardi 5 novembre 2019

 

Petit déjeuner au bord du Nil avec une lumière superbe. Un dépaysement total !

 

Réda nous rejoint à 8h30. Ce matin, nous allons visiter le temple de Philae. Avant d’arriver à l’embarcadère, de nombreux marchands nous attendent ! On verra plus tard ! Notre bateau nous amène en 15 minutes sur l’ile où le temple a été reconstruit en 1974 après la mise en eaux du grand barrage.

 

Le temple d'Isis à Philae est l'un des sanctuaires majeurs de la déesse en Égypte. Philae accéda à la notoriété au cours de la dynastie ptolémaïque comme centre de culte de la déesse Isis. Les édifices et les colonnes du temple sont recouverts de magnifiques peintures colorées, racontant l'histoire d'amour d'Isis et Osiris. Ce complexe fut un des derniers endroits où l'ancienne religion survécut après l'arrivée de la chrétienté en Égypte, officiellement interdite en 550 avant JC lorsque  l'empereur Justinien acheva l'évangélisation de la Nubie et interdit le culte d'Isis dans le temple. Les premiers chrétiens ont ensuite utilisé le temple principal comme église. Cela explique la dégradation de certaines figures des dieux antiques ; les chrétiens ont souvent tenté de supprimer les images païennes des sanctuaires nouvellement occupés.

 

Nous revenons en ville et nous prenons une felouque afin de faire une promenade fluviale autour de l’ile d’Eléphantine. Ce moment bucolique et contemplatif nous fait découvrir la ville et les abords du fleuve sous un autre aspect. On aperçoit notamment le jardin botanique de l'île Kitchener, le mausolée de l’Aga Khan III et le magnifique hôtel Old Cataract, cher à Agatha Christie et autres célébrités

 

Nous allons ensuite « magasiner » dans le souk de la ville. Assouan est spécialisé dans la vente d’épices. Les étals sont tous plus beaux les uns des autres ! Nous faisons quelques achats après avoir marchandé « sévère » car les prix sont vraiment touristiques …

 

N’étant pas très affamé, nous allons visiter le magnifique musée de la Nubie. Il accueille les vestiges d'une civilisation dont les terres ont été englouties par le lac Nasser. Ce musée est tout entier consacré à la Nubie, cette région riche en minéraux que les égyptiens, dès les premières dynasties, s'employèrent à contrôler. L'histoire, l'art et la culture de cette région sont présentés depuis la Préhistoire jusqu'à nos jours.

 

En revenant vers le centre, nous entrons dans la cathédrale copte de la ville qui est immense. Une bénévole nous conte son histoire et nous en profitons pour prendre le temps.

 

La faim commençant à se faire sentir, nous dinons de bonne heure et c’est vers 18h30 que nous prenons un bateau-taxi pour revenir à l’hôtel. Encore une belle journée.

Publié dans Egypte

Partager cet article

Repost0

ASSOUAN / ABU SIMBEL

Publié le par Neos

Mercredi 6 novembre 2019

 

Une nouvelle fois, nous prenons le petit déjeuner sur la terrasse au bord du Nil, il y a pire comme situation, surtout au mois de novembre !

 

Aujourd’hui, nous allons faire la route vers Abu Simbel. Un peu plus de 3h d’une route presque toute droite en plein milieu du désert. Depuis 2 ans, la route en convoi n’est plus obligatoire et c’est donc vers 9h du matin que nous partons (sinon, c’était 3h30 …). Au départ de la route 75M, notre chauffeur doit quand même montrer son autorisation pour pouvoir emprunter la route, sécurité oblige …

 

Et nous voilà parti sur le long ruban d’asphalte chauffé par le soleil. En été, la température peut monter jusqu’à 50 degrés … Il ne faut pas tomber en panne. Peu de trafic, quelques voitures particulières, des minibus locaux et des camions qui vont ou reviennent du Soudan. Et puis, tous les 5 km environ, une voiture de police surveille … quoi, on ne sait pas, mais elle surveille ! De temps à autres, quelques bâtiments militaires brisent la monotonie du paysage. Nous faisons une halte dans une gargote pour que le chauffeur se repose et surtout pour admirer au loin les mirages. Phénomène extraordinaire que nous n’avions jamais observé. Excellent !

 

Nous passons devant la nouvelle ville de Toshka qui fait partie du projet "Nouvelle Vallée". Ce programme du gouvernement lancé en 1997 par le président Moubarak visait à porter la superficie des terres arables de 6 % à 35 % par détournement d’une partie des eaux du lac Nasser. 15 ans après, c’est un échec que le président Sissi vient de relancer …

 

Vers 13h, nous arrivons à notre lieu de villégiature, l’Eskaleh Nubian Ecolodge. Magnifique endroit de style nubien avec un accueil au top. Réda nous donne rendez-vous en fin d’après-midi car nous avons prévu d’aller voir le son et lumières sur les temples.

 

Après le déjeuner, nous faisons notre petite sieste habituelle. Nous allons faire un tour du village ensuite. Celui-ci n’a rien de particulier et ne profite absolument pas de la manne financière liée aux innombrables touristes qui viennent ici. D’ailleurs, certains ne viennent (en bus ou avion) que pour les temples ; je viens, je visite, je repars … Ceux qui passent la nuit pour voir le site au lever du soleil ne sortent pas des quelques hôtels de la ville. C’est désolant. Et puis, il y a toujours la saleté, comme ailleurs ... Elle est présente partout où il y a des hommes (en effet, le désert n’est pas atteint pas cette maladie humaine). Le chemin est encore long entre éducation et traitement des déchets.

 

A 17h30, nous partons à pied (ils sont fous ces touristes !) pour le son et lumières sur les temples d’Abu Simbel. Et là, c’est un véritable choc, un véritable enchantement. L’histoire de Ramsès II et de sa première épouse Néfertari défile sous nos yeux et la fameuse bataille de Qadesh nous est contée. Nous passons une très belle soirée. Au retour, nous dinons dans un petit restaurant local d’une excellente perche du Nil en beignet. Il faut aussi marchander les prix car le touriste est un bon client !

 

Nous nous endormons des étoiles plein la tête !

Publié dans Egypte

Partager cet article

Repost0

ABU SIMBEL / ASSOUAN / LE CAIRE

Publié le par Neos

Jeudi 7 novembre 2019

 

Nous avons décidé de voir le lever du soleil sur les temples d’Abou Simbel et celui-ci se lève vers 6h du matin … C’est donc vers 5h30 que nous arrivons devant les 4 colosses qui gardent le temple de Ramsès II. Tout simplement époustouflant avec la lumière du matin !

 

Le grand temple d'Abou Simbel est né de la volonté de Ramsès II. Il est dédié à Amon-Rê qui est le dieu le plus puissant du culte thébain, à Rê-Horakhty qui domine le culte héliopolitain, à Ptah qui est le centre du culte de Memphis et à Ramsès II divinisé.

La portée politico-religieuse de ce temple est immense, comme si Pharaon voulait rassembler ici les trois cultes d'Egypte qui eurent chacun leur heure de gloire et lui-même, en se divinisant on n’est jamais mieux servi que par soi-même !)

 

La façade est majestueuse et montre bien la puissance du pharaon à ceux qui voudraient le défier ! A l’intérieur, les murs des parois magnifient les victoires royales, et particulièrement celle de Qadesh sur les Hittites. Et puis, il y l’axe de la porte du temple vers le sanctuaire qui a été calculé pour que le soleil frappe les statues les 22 octobre et 22 février de chaque année afin de célébrer des fêtes particulièrement chères à Ramsès II.

Un peu au nord du grand temple, Ramsès II a fait creuser un second sanctuaire, plus petit, qu'il a consacré à la déesse Hathor et à sa représentante suprême, sa grande épouse royale, Néfertari. C’est la première fois qu'un édifice religieux est consacré à une épouse de pharaon. On remarquera particulièrement le traitement du corps de la reine, qui n'apparaît nulle part aussi marqué qu'ici : elle est représentée sous un aspect svelte et élégant, séductrice, les hanches galbées, presque à l'excès.

 

Vers 7h00, nous revenons au lodge, les yeux pétillants de ce que nous avons découvert. Cette merveille de l’humanité est vraiment extraordinaire et mérite (pour ceux qui le peuvent, évidemment) le voyage. Après le petit déjeuner, nous reprenons la même route qu’à l’aller. Nous avons rendez-vous à l’aéroport d’Assouan avec l’avion qui nous emmènera au Caire pour les prochains jours. C’est à l’aéroport que nous quittons notre guide, Réda, avec qui nous avons passé ces quelques jours. Il a été précieux dans ces explications et nous a permis de découvrir encore plus précisément l’histoire de son pays et donc celle du monde. Un grand merci à lui pour avoir accompagné ces touristes « pas comme les autres » ! 

 

En arrivant au Caire, Fafi notre guide nous attend. Elle va nous accompagner pendant notre séjour au Caire. Le contact est bon et avec notre excellent chauffeur, une complicité amicale se met rapidement en place.

La circulation est très difficile pour rejoindre notre hôtel qui se situe dans le quartier de Zamalek. En sus des difficultés habituelles, le président reçoit une délégation étrangère en visite officielle. Des agents de sécurité sont positionnés tous les 50m (!) des 2 côtés de l’avenue, ce qui évidemment perturbe la fluidité ! Nous arrivons enfin à l’hôtel Longchamp qui est un havre de paix dans cette ville bruyante. Nous dinons avec un ami français qui travaille en Egypte et on refait le pays (à défaut de refaire le monde !)

Publié dans Egypte

Partager cet article

Repost0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 60 70 80 > >>