VILLA DE LEYVA

Publié le par Neos

Mardi 13 mars 2019

 

La nuit a été excellente et reposante ! Après un merveilleux petit déjeuner (cet hôtel est vraiment « top »), Andres et Maria, notre guide locale nous emmènent pour la matinée à la découverte des environs de Villa de Leyva.

 

Notre première halte sera pour la casa Terracota. L’architecte Octavio Mendoza a littéralement modelé cette maison qu’il a conçue et habitée. Celle-ci a été construite exclusivement à la main avec de l’argile cuit à haute température. Elle a été bâtie par morceaux successifs et l’argile a cuit au contact du feu.

De l’extérieur, Casa Terracota ressemble à un immense monticule d’argile, grossièrement façonné pour ressembler à un chalet. A l’intérieur, les pièces se courbent et se jettent les unes dans les autres, comme si toute la maison avait été coulée dans un moule unique. Cette maison rustique offre quelques commodités modernes : panneaux solaires pour l’eau chaude, toilettes et lavabos couverts en mosaïques colorées, deux étages avec un salon et une chambre et une cuisine entièrement fonctionnelle. Visite tout à fait étonnante et incontournable !

 

De là, nous filons visiter le site archéologique El Infiernito (petit enfer) qui est un des rares sites de la civilisation Muisca ayant survécu à la conquête espagnole du XVIe siècle. Lorsqu'ils découvrirent le site, les conquistadors le considérèrent comme païen et le nommèrent El Infiernito. Nous commençons la déambulation par un alignement de pierres qui forme un calendrier destiné à prédire les saisons, les équinoxes et la saison des pluies. Plus loin, sont dispersés d’autres menhirs en grès roses qui ont été taillés et possèdent dans leur partie supérieure un cercle incisé les faisant ressembler à des phallus. L’objectif était de réaliser des offrandes pour la fertilité de la terre. Les fouilles ont également mis en évidence la présence de cinq sépultures d'adultes et d'enfants.

Le site permet aussi d’avoir une vision large et globale sur toute la vallée.

 

La troisième étape de la matinée est pour le monastère Ecce Homo. Il a été fondé par l'ordre des Dominicains en 1620. Depuis 1958, abrite un Musée d'Art Colonial, qui possède des peintures murales du XVIIème et du XVIIIème siècle, des pièces religieuses et des livres chorales, entre autres.  Le lieu est comme souvent calme et reposant. Son cloître invite à la méditation.

 

Après cette matinée culturelle bien remplie, nous revenons à Villa de Leyva et nous faisons un tour de la place centrale. Elle est la plus grande place principale de toute la Colombie ! Avec ses ruelles pavées chauffées au soleil de la matinée, on s'attendrait presque à voir surgir des bandits à cheval, les sabots claquant sur le pavé ! Notre guide nous emmène dans un petit restaurant où elle a l’habitude de déjeuner et nous ne sommes pas déçus : bon et copieux !

 

Après le repas, nous découvrons au gré du hasard, les ruelles, l’architecture des belles maisons et Maria nous conte l’histoire de la ville. Nous cheminons jusqu’à l’institut de recherche sur les ressources biologiques qu’Alexander von Humboldt, naturaliste, géographe et explorateur allemand   fonda sur les bases de ses explorations scientifiques. Curieux de trouver un tel institut dans cet endroit de la planète avec notamment une belle collection de papillons colombien.

 

En cette fin d’après-midi, un nouveau challenge nous attend : l’apprentissage du Tejo … Nous rejoignons un petit village situé non loin de la ville et découvrons le hangar, objet de nos futurs exploits ! Mais c’est quoi donc le Tejo ? C’est une sorte de jeux de palet à la colombienne… C’est-à-dire avec des explosifs ! Chaque action remporte un certain nombre de points et évidemment les explosions rapportent un grand nombre de points. Super divertissant ! Au regard du nombre de bouteilles de bière vides, on comprend que la poussière assèche vite les gosiers des joueurs !

Après 2 parties endiablées, nous dînons d’une picada locale qui ne nous laissera pas un souvenir impérissable.

 

Bonne nuit tout le monde !

Publié dans Colombie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article