SALENTO / CARTHAGENE DES INDES

Publié le par Neos

Lundi 18 mars

Après le petit déjeuner, nous saluons une dernière fois Christina notre hôte qui, disons-le, vit dans un cadre magnifique et offre un véritable lieu de quiétude.

Notre taxi nous conduit à l’aéroport de Pereira et c’est à 10h30 que nous décollons pour Carthagène des Indes (via Bogota). Nous arrivons à 14h00 et nous allons entamer la troisième partie de notre voyage : la côte caraïbe. De l’aéroport, nous allons directement à l’hôtel pour prendre possession de notre chambre. Nous avons quartier libre cet après-midi ! L’hôtel Don Pedro de Heredia est installé dans un bâtiment d'époque coloniale dans la vieille ville fortifiée. C’est sa seule qualité. En effet, il est un peu « daté » et les chambres sont sombres.

Nous partons à l’aventure, au gré de nos envies, à la découverte de la ville. Premier constat : il fait chaud, ce qui nous change des températures des jours passés. Deuxièmement, il y a beaucoup de touristes et quand je dis beaucoup, c’est beaucoup … de tous âges et de toutes nationalités. Troisièmement, il y a un nombre incalculable de vendeurs de rue … Tous les chapeaux à vendre ne le seront pas d’ici le soir !

Les maisons ont toutes de magnifiques balcons en bois, et les ruelles de la vieille ville offrent toutes de magnifiques exemples d’architecture coloniale. On aperçoit, ici et là, des femmes vêtues de costume traditionnel et portant des panières de fruits exotiques. Gare à la photo qui va vite devenir payante … A priori, le touriste ressemble à un portefeuille ambulant ! En arrivant devant la cathédrale, nous constatons que malheureusement elle est fermée. Nous sommes lundi et c’est jour de fermeture pour la maison de Dieu ! Etonnant, non ? Nous arrivons sur les remparts qui entourent la vieille ville. Ils ont été parfaitement restaurés et nous permettent de voir un timide coucher de soleil.

Nous finissons cette première prise de contact avec la ville en faisant un tour rapide dans le quartier de Getsemani, autrefois quartier un peu louche réservé aux locaux et à quelques auberges de jeunes et aujourd’hui quartier moderne et branché.

Le soir, nous dinons en extérieur sur une place située non loin de l’hôtel et c’est là que nous constatons que les tarifs sont « touristiques ». Les prix sont quasiment des prix européens alors que le revenu moyen du pays est 5 fois  plus faible que le revenu moyen français. Il va falloir être curieux pour trouver des restaurants locaux avec des tarifs raisonnables.

Publié dans Colombie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article