CARTHAGENE DES INDES

Publié le par Neos

Mardi 19 mars

 

Petit déjeuner sur la terrasse située au dernier étage de l’hôtel. Vue sur les toits de la ville, plutôt sympa !

Hernando, notre guide du jour, est accompagné d’un autre guide qui souhaite apprendre le français. Pas de souci, plus on est de fous … En fait, le vrai guide, c’est l’ami ! C’est un puit de sciences et ses connaissances historiques sont impressionnantes. Hernando fera … l’interprète !

Nous commençons notre journée par la visite du couvent de la Popa situé sur une petite montagne dominant la ville. Il offre la meilleure vue panoramique de cette dernière. Le couvent tire son nom des similitudes que les navigateurs observèrent entre la montagne et la partie postérieure d’une embarcation (quelle imagination !). L’édifice, construit en 1606 par les pères augustins de l’ordre des Récollets, conserve des trésors comme l’autel orné de fines lamelles d’or et de peintures à l’huile. 

Nous revenons ensuite en ville et commençons les visites par la porte et la tour de l’horloge, situées à l’entrée principale de l’enceinte de la vieille ville. L'apparence extérieure de la tour présente en son arche centrale, un portique de style toscan. Nous passons par la place de la Douane, la plus grande de Carthagène. Elle est entourée de bureaux administratifs. On y voit la demeure où a vécu le fondateur de Carthagène, Pedro de Heredia, et une statue en hommage à Christophe Colomb. 

C’est par le couvent et l’église Saint-Pierre-Claver que nous continuons la découverte de la ville. Le couvent est maintenant un  musée retraçant sa vie. Ce dernier, durant quarante années, se dévoua corps et âme aux esclaves et aux condamnés à mort. Il servit leur cause jusqu’à sa mort. Il fut « Pierre, esclave des Nègres pour toujours» et les milliers d’esclaves de Carthagène devinrent ses enfants. L’église abrite, quant à elle, la chasse et les reliques du Saint.

Nous déjeunons assez rapidement dans un restaurant local, dans lequel il n’y a que des colombiens et aux prix « colombiens » aussi. Nous avons rendez-vous en début d’après-midi avec une Chiva (minibus typique de la Colombie qui se caractérise par ses peintures colorées), pour faire un tour de la ville. Nous découvrons les quartiers modernes abritant les grands hôtels internationaux, les tours résidentielles et les sièges sociaux des entreprises. Et puis, nous nous arrêtons au château de San Felipe de Barajas pour en effectuer la visite.

Situé sur la cime de la colline San Lázaro, cet ancien complexe militaire, datant du XVIème siècle, est le plus grand construit en Amérique. De forme triangulaire, il a résisté a plusieurs assauts et il fût pris seulement une fois par le commandant et baron Français De Pointis. À l'intérieur, de multiples tunnels et galeries permettaient de le défendre de l’intérieur au cas où le château sera saisi par l'ennemi. A la fin de la visite, nous échappons au « traquenard » de la visite imposée des magasins en quittant le groupe pour revenir vers la vieille ville en taxi !

Direction ensuite le musée de l’inquisition pour la dernière visite de la journée. Situé autour du parc de Bolivar, ce palais est magnifique avec son style baroque et ses balcons en bois d'une grande splendeur. Cet édifice a été le siège du Tribunal des Peines du Saint- Office qui jugeait les délits contre la foi. En retournant à l’hôtel pour prendre un peu de repos (on a quand même quelques kilomètres à pied au compteur !), nous entrons dans la cathédrale de la ville, majestueuse et d'une beauté saisissante. A l’intérieur, nous admirons l'architecture des parois en marbre et les divers reliefs en bois.

Le soir, nous dinons sur la plaza de San Diego, lieu assez animé et bon enfant.

Publié dans Colombie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article