PARC DE L’ISALO

Publié le par Neos

Mercredi 19 avril 2017

Le réveil sonne à 6h et le soleil pointe son nez : merci Olivier ! Nous avons, en effet, prévu de démarrer notre randonnée assez tôt pour 2 raisons : marcher à la « fraîche » car il peut faire très chaud sur le plateau et il y a peu d’arbres et ensuite, nous voulons éviter autant que faire se peut, les groupes importants de touristes qui pourraient troubler la quiétude des lieux.

C’est par une piste un peu « défoncée » que nous rejoignons l’une des entrées du parc. Le parc national de l’Isalo est un massif rocheux naturel, ressemblant à un champ de ruines de part un relief très atypique, rappelant le grand ouest américain – ça n’est pas pour rien que l’Isalo est surnommé « Le Colorado Malgache ». Composé de roches formées il y a de plus de 150 millions d’années, le parc alterne paysages désertiques et canyons verdoyants au sein desquels coulent de nombreuses rivières prenant leurs sources dans de magnifiques piscines naturelles, ce qui donne un résultat visuel absolument magnifique.
Olivier est l’homme de la situation, il nous conte avec plaisir les paysages, la faune et la flore et la culture locale. Il maîtrise parfaitement son sujet et surtout aime transmettre sa passion pour son territoire.

Nous commençons par découvrir nos premiers lémuriens, de la famille des Makis, qui se prélassent au soleil levant sur une crête rocheuse. Ici, on peut aussi découvrir des tombeaux provisoires servant à ensevelir les défunts avant la cérémonie du retournement (à prendre dans le sens du retour vers le monde des vivants). Celle-ci permet au défunt, dès lors que la famille a réuni les fonds (une somme parfois considérable) pour organiser la fête, de revenir une dernière fois dans le monde des vivants avant d’être inhumé définitivement pour accéder au statut d’ancêtre.
Nous poursuivons notre randonnée et accédons à un magnifique point de vue surplombant les épines rocheuses. Spectacle grandiose assuré ! Nous continuons notre marche par des petits chemins tracés dans la savane. Celle-ci s’achève par une descente un peu raide, pour rejoindre l’endroit du bivouac : le canyon des makis, qui sera aussi le lieu d’un excellent déjeuner préparé par le cuisinier du guide. Nous déjeunons vers 11h30 car il y a déjà de nombreux touristes qui arrivent et qui vont certainement faire la même chose que nous l’après-midi … Vive les horaires décalés ! Alors, après un excellent repas entouré de lémuriens curieux mais un peu envahissants, nous prenons le chemin du canyon. C’est un véritable paysage à l’américaine (Indiana Jones, sors de ce corps !), une tranchée de plus de 150m de haut et 20m de large, ou l’ombre et le passage d’un courant d’eau ont permis à la végétation de prendre le dessus sur la sécheresse ambiante. Le coin a été aménagée, mais attention, car le parcours reste vallonné, et l’humidité rend les roches glissantes !
L’aller-retour est l’occasion de voir deux piscines naturelles ! La première, nommée la piscine bleue et située à mi-parcours, est l’objet d’un passage rapide. En effet, la deuxième piscine, la piscine noire, permet aux plus courageux de se baigner car l’eau est … (très) fraîche ! Sur le chemin du retour, nous grimpons à la cascade des nymphes. A Madagascar les nymphes sont souvent au menu des restaurants, il s'agit de grenouilles, mais ici point de grenouilles, mais un décor de rêve.
Nous prenons le chemin du retour, et sortons du canyon des makis pour rejoindre notre véhicule, où notre chauffeur nous attend pour nous ramener à l’hôtel, mais cela n’est pas fini, car d’autres visites nous attendent encore ….

Après un moment de repos, nous reprenons notre 4x4 vers 16h30 pour nous rendre à la fenêtre de l’Isalo située à quelques km de là. Cette appellation vient du nom du rocher du lieu, qui a simplement une forme de fenêtre. C’est tout ? Bien sûr que non ma bonne dame, l’orientation de la fenêtre est telle que la trajectoire du soleil passe en plein dedans et donc, nous allons y voir le coucher de soleil qui devrait être celui du siècle ! Ce ne fut pas tout à fait ça, mais quand même, on peut dire que ce n’était pas mal ! Sur la route du retour, nous apercevons la reine de l’Isalo, rocher assez spécial, car sa forme rappelle étrangement la silhouette d’un homme. Avantage, le lieu est situé directement au bord de la route.

Nous dînons à l’hôtel et passons une bonne nuit après la saine fatigue de la journée.

Publié dans Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article