MANGILY / ANTANANARIVO

Publié le par Neos

Samedi 22 avril 2017

Ça sent la fin, notre affaire !

Après le petit déjeuner, nous prenons le temps d’organiser nos valises pour notre retour en France. Vers 10h30, notre taxi est là. Il va nous conduire à l’aéroport de Tuléar pour notre vol intérieur à destination de Tana. Si vous n’avez jamais roulé dans une voiture sans frein, je vous assure que c’est une expérience ô combien intéressante !

L’aéroport de Tuléar est, comment dire … surprenant. Les seuls équipements informatiques servent à l’édition des cartes d’embarquement et des étiquettes-bagages pour la soute. Pour le reste, tout est artisanal. Au moins, on est sûr qu’il n’y aura pas de panne informatique ! Les différents contrôles sont bons enfants et sommaires. Dans la salle d’embarquement, une habituée est surprise car notre ATR72 est à l’heure !

Nous arrivons vers 16h à Tana et notre dernier chauffeur nous attend pour nous conduire dans le centre-ville. Nous avons, en effet, 2 dernières missions à accomplir avant de repartir. La première est d’acheter de la confiture de pok-pok (en fait du physalis ou amour en cage) que nous ne trouvons pas en France. La seconde est plus sérieuse : notre fille, venue en mission humanitaire, il y a 2 ans, nous a confié des courriers pour les sœurs Salésiennes de Don Bosco qui l’ont accueilli pendant 4 semaines. C’est aussi l’occasion pour nous de leur confier les fournitures scolaires à destination des enfants. Nous avons pris cette habitude dans chacun de nos voyages et même si cela semble être une goutte d’eau, nous voulons être acteurs, à notre niveau, de l’aide apportée à l’éducation des enfants.

Pour revenir vers l’aéroport, nous vivons l’expérience des bouchons malgaches et il faut dire que c’est quelque chose ! Après un certain temps (!), notre chauffeur nous laisse à l’hôtel « Le Mahavelo ». Nous avons réservé une chambre pour un « day-use » afin de se rafraîchir et se changer avant de prendre l’avion. Nous dînons sur place et vers 22h30, la navette de l’hôtel nous conduit à l’aéroport. Nous faisons les diverses formalités et nous commençons l’attente fastidieuse car notre vol pour la France est programmé à 1h25.

Publié dans Madagascar

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article