FLORENCE

Publié le par Neos

FLORENCE

Mardi 8 mars 2016

Après un excellent petit déjeuner, nous partons le cœur vaillant pour cette première journée de visites.

Le programme du jour commence par le Musée National du Bargello. Ce palais du XIIIème siècle abritait le Podestat, c’est-à-dire le magistrat élu (toujours un étranger) chargé de pouvoirs exécutifs et judiciaires. La cour est une magnifique réalisation d’architecture médiévale avec un majestueux escalier menant à la loggia. Au 1er étage, on y trouve des œuvres des plus grands sculpteurs de la Renaissance. Il y a aussi une salle d’art islamique de toute beauté. Nous finissons la visite par la salle de Michel-Ange, située au rez-de-chaussée, avec 4 de ses chefs d’œuvres : le Bacchus ivre, une Madone à l’Enfant, un Apollon ainsi que les bustes de Brutus et de Persée.

Nous faisons une courte halte à l’oratoire dei Buonomini di San Martino, qui abrite des fresques relatant la vie de Saint Martin.

Nous allons ensuite visiter l’église Orsanmichele, ancienne halle aux blés transformée en église en 1304. La façade fut décorée par des statues de saints protecteurs des divers arts. L’intérieur est un bel exemple de l’architecture médiévale. L’œuvre majeure est l’extraordinaire tabernacle en marbre et incrusté de pierres dures.

Nous décidons de faire un « break » en marchant sans but précis dans les petites ruelles avoisinantes. Et c’est au détour de l’une d’elles que nous déjeunons dans un petit restaurant surprenant : boutique, épicerie et restaurant. Un mélange des genres qui a un charme fou !

L’après-midi sera consacrée au complexe du Duomo. Nous commençons par la Cathédrale. L’actuel édifice remplace, à la fin du XIIIème la vieille cathédrale Santa Reparata, dont on retrouve les vestiges au niveau de la crypte. La façade, est digne d’intérêt. Les marbres de couleurs, la mosaïque, les nombreuses statues donnent une impression de puissance, mais sans lourdeur. A l’intérieur, la sobriété de l’immense nef contraste avec l’exubérance de l’extérieur. On découvre une curieuse horloge dont la grande aiguille tourne à l’envers indiquant les heures de prière commençant à la nuit.

Nous montons les 463 marches (ça fait un peu mal aux pattes !) pour admirer les fresques de l’intérieur de la coupole sur le thème du jugement dernier. Nous continuons l’ascension jusqu’au sommet pour découvrir la ville et les autres monuments. Vue imprenable !

Une fois revenu sur terre, nous visitons le Baptistère Saint Jean. Bâti sur une ancienne maison romaine, c’est un octogone de marbre blanc et vert avec une toiture pyramidale. A l’intérieur, en levant la tête (à Florence, il faut toujours lever la tête !), on est ébloui par la richesse et la complexité des mosaïques du plafond, de style byzantin. Un Christ grandiose, montrant ses plaies est entouré de scènes du Jugement Dernier. Dehors, la porte nord est la porte du Paradis, illustrant des scènes de l’Ancien Testament.

Avant de finir la journée au Musée dell'Opera del Duomo, je me lance seul à la conquête des 414 marches du Campanile dessiné par Giotto (ma femme a jeté l’éponge. En haut, la vue sur le dôme de la cathédrale et sur la ville est remarquable.

Le Musée, situé derrière le Duomo, abrite la statuaire de la cathédrale et du baptistère. Il contient aussi un grand nombre de peintures, de céramiques et d’objets précieux. La scénographie est superbe et cette visite clôture magnifiquement la journée.

Avant de repartir à l’hôtel, nous faisons une halte méritée dans une « Gelateria » pour déguster une glace avec un thé, même si le temps est au froid et à la pluie.

C’est un peu fourbu que nous réintégrons notre chambre d’hôtel, avec 18 km à pied au compteur, sans compter les marches ! Nous dinons juste à côté de l’hôtel, le quartier regorgeant de petits restaurants.

Publié dans Florence

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article