SAINT PIERRE

Publié le par Neos

SAINT PIERRE

Mercredi 11 novembre 2015

Direction le nord Caraïbe pour découvrir Saint-Pierre et ses environs. Nous décidons de couper à travers en prenant la D1 qui relie Gros Morne à notre destination du jour. C’est en arrivant au carrefour avec la N3 que nous constatons que cette magnifique route serpentant dans la forêt est … barrée ! Trop fort, aucun panneau (ou alors bien caché) donnant cette information à l’entrée de la route ! Machine arrière toute pour revenir sur notre trace et ensuite prendre la route de Fort-de-France et ensuite la N3. Heureusement que nous avons un GPS, sinon on y serait encore.

Sur la route, nous faisons une halte à la cascade du Saut du gendarme, endroit où ces derniers faisaient boire leurs mules en guettant les pillards de Saint-Pierre après 1902. Après être passé par Fonds Saint-Denis, nous arrivons à Saint-Pierre. Le 8 Mai 1902, au petit matin, l'éruption explosive de la Montagne Pelée rase la totalité de la ville en quelques minutes, tuant au passage tous ses habitants - Soit plus de 28,000 Pierrotins. Emportée par une nuée ardente, la "Perle des Antilles" n'existe plus. Après la visite de la Cathédrale ND de l’Assomption qui abrite des vitraux de l’artiste martiniquais Victor Anicet, nous nous dirigeons vers la place Bertin où se situe la jolie Maison de la Bourse. Nous allons ensuite voir les ruines, site incontournable de la ville. On y découvre les restes du théâtre inauguré en 1786 et qui est la reproduction de celui de Bordeaux. Un peu plus loin, nous voyons le cachot de Cyparis, presque intact. Nous revenons au marché couvert pour déjeuner en passant devant les anciens dépôts de bois du Figuier.

Après le repas, nous reprenons notre véhicule pour aller sur les plages du nord en passant par Le Prêcheur, petit village de pécheur sans intérêt particulier. Nous faisons une halte à l’Habitation Céron, en retrait de la très belle plage de l'Anse du même nom. Créée en 1658 par les colons français, il s'agit de l'une des plus anciennes habitations sucrières de l'île … Elle abrite aujourd’hui un restaurant et on peut visiter le parc. L’entrée étant relativement chère, nous décidons de nous en passer ! Nous continuons la route pour finir cette journée à l’Anse Couleuvre. On est là au cœur de la partie la plus sauvage de la Martinique et le cadre est véritablement remarquable. L'accès se fait par un petit chemin au milieu des vestiges d'une ancienne habitation en ruine - la Maison Tardon - en pleine forêt tropicale, renforçant ainsi cette impression de bout du monde. Baignade, lecture et farniente au programme.

En fin de soirée, avant que la nuit tombe, nous revenons chez nous en passant par Morne Rouge.

Publié dans Martinique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article