FORT DE FRANCE - PARIS

Publié le par Neos

FORT DE FRANCE - PARIS

Mardi 17 novembre 2015

C’est notre dernière journée sur l’île, ce soir nous reprenons l’avion pour revenir à notre quotidien. Après avoir salué nos charmants hôtes, nous partons sur Fort-de-France pour découvrir ses bouchons et sa circulation (extrêmement) perturbée par d’importants travaux de voirie. Sur la route, nous faisons une halte pour "magasiner" quelques derniers souvenirs à l’atelier artisanal Tilo.

Nous arrivons à trouver une place de parking dans l’hyper-centre, ce qui n’est pas chose facile ! Nous commençons par aller voir la Cathédrale Saint-Louis qui, après une vie tumultueuse faite d’incendie, de raz de marée et de tremblement de terre prend sa forme actuelle en 1895. L'édifice de style néogothique et byzantin et est l'œuvre de l'architecte Pierre-Henri Picq à qui l'on doit également la Bibliothèque Schœlcher toute proche. La nef qui est entourée de nombreux vitraux d'époque est impressionnante par ses volumes et sa structure métallique. Nous allons ensuite au grand marché couvert (ou marché aux épices) au cœur du quartier le plus commerçant de la ville. Cette grande halle accueille de nombreux stands et marchands qui proposent essentiellement des épices créoles, du rhum arrangé, des fruits et légumes des producteurs environnants ou encore de l'artisanat local et quelques vêtements. C’est l’époque des groseilles « pays » et la rue est animée de vendeurs de fruits, sirops, jus et autre confiture. Nous passons du temps dans le marché pour faire quelques photos et nous finissons notre tour du centre-ville par la Bibliothèque qui propose une façade et une toiture remarquables.

Nous reprenons la voiture pour aller effectuer notre dernière visite au Jardin de Balata. Sur la route, nous faisons une courte halte à l’église du Sacré Cœur qui est la réplique exacte mais miniature - au cinquième pour être précis - de la Cathédrale du Sacré Cœur à Paris.

Le Jardin de Balata dispose d’un immense patrimoine floral, son créateur y ayant acclimaté des espèces florales de toutes les régions tropicales du monde. Dès l'arrivée sur le site, on se trouve d'emblée plongé dans un cadre typiquement martiniquais. Le local d'accueil du public est installé dans une maison créole, meublée à l'antillaise. La sortie s'effectue ensuite côté jardin sur une petite terrasse où des colibris viennent se nourrir dans des mangeoires placées là à leur intention. L'espace sur lequel est installé le jardin est loin d’être plat et un réseau de chemins au sol ou suspendus offrent une succession de perspectives variées. Une belle lumière étant au rendez-vous, l’espace coloré a des allures de Jardin d’Eden… Visite à faire sans nul doute.

Nous reprenons la voiture et nous remontons la N3 jusqu’à Morne Rouge, où nous déjeunons dans un très joli restaurant au nom « exotique » de la Chaudière ! Très bel endroit à découvrir. Après ce bon repas, nous revenons par le bord de mer en prenant la N2. Nous rendons la voiture au loueur, enregistrons nos bagages et … attendons l’avion !

Nos 9 jours en Martinique sont désormais finis. Nous avons sillonné l’île pour y découvrir son histoire, sa faune et sa flore. Nous avons pris aussi le temps de nous reposer sur ses très belles plages. Nous avons discuté de tout et de rien avec des habitants et des petits commerçants sur les marchés. Bref, nous avons essayé de ramener un peu de soleil et de chaleur humaine dans nos bagages. A bientôt !

Publié dans Martinique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article