LUOYANG / XIAN

Publié le par Neos

LUOYANG / XIAN

Mercredi 12 mai 1999

6h du matin : nous sommes sur la place devant notre hôtel pour une séance de Taï chi. En effet, nous nous melons à la multitude de chinois pratiquant cette discipline et .... Personne ne trouve notre attitude anormale !
Nous partons ensuite à la découverte de la statuaire de Longmen, l'un des fleurons de l'art bouddhique rupestre chinois. Des centaines de Bouddhas colossaux ou minuscules, sculptés dans la pierre entre le Vème et le XIème siècles dans un site sauvage, témoignent de la ferveur religieuse et de l'habileté des artistes.
Plus de 100 000 représentations de Bouddhas et ses disciples ont été sculptées sur plus d'un km de falaise dominant la rivière YI. Débutée en 494, la construction des grottes de Longmen a duré plus de 400 ans.
En 494, Xiaowen de la dynastie des Wei du Nord (386-534) transporta sa capitale de Pingcheng (aujourd'hui Datong) à Luoyang et entreprit de faire réaliser un sanctuaire bouddhique sur le modèle de celui de Yungang. Après les Wei, les différentes dynasties (Sui, Tang, Cinq Dynasties et Song du Nord) continuèrent les travaux. La grotte Fengxian, l'une des plus remarquables du site, fut exécutée de 672 à 675 par l'impératrice de Wu Zetian.
En début d'après midi, nous prenons le train pour Xian. Une nouvelle aventure nous attend ... les chinois aussi !
Nous traversons les paysages de cette chine du nord que nous allons abandonner et nous nous mettons à rêver en voyant cette terre jaune baignée par le fleuve du même nom.

Et puis, arrive 16h ... et le début du spectacle. Nous déballons reblochon, saucisson, et autre cancoillotte devant l'air médusé des autochtones. Et c'est après avoir pris ce train que quelques chinois pourront dire : « Et ils mangent ça ! » et nous en sommes fiers ! Fiers d'avoir apporter de grands éclats de rire avec nous dans ce wagon devenu l'espace d'un instant un lieu sans frontière politique.

Nous arrivons à Xian et il fait nuit. Notre guide local nous attend à la gare. Après les mots de bienvenue, elle nous informe que le dîner de raviolis prévu ce soir est reporté au lendemain. Bref conciliabule et ... nous refusons ! Nous demandons à Feng, qui commence à bien connaître notre mode de fonctionnement de lui dire qu'elle faire ce qu'elle veut mais que nous, nous voulons notre dîner de raviolis ce soir.

S'en suit une explication musclée entre nos 2 chinois (et 2 chinois en colère, ça fait du bruit). Et Feng obtient gain de cause. Nous essayons de savoir la raison évoquée pour ce changement de programme et il commence par refuser de nous le dire. Nous le menaçons alors de faire la grève ! Ce qui ne le fait pas rire du tout ! Il nous explique que la guide souhaitait rentrer chez elle plus tôt afin de voir sa famille qu'elle ne voyait que peu. Ce sera pour une autre fois, avec d'autres touristes. Décidément, la vie n'est pas un long fleuve tranquille dans ce pays.

Notre dîner se passe le mieux du monde, et nous goûtons à un vingtaine de sorte de raviolis, tous plus délicieux les uns des autres.
Après cette journée quelque peu mouvementée, nous allons à notre hôtel pour un repos bien mérité.

Publié dans Chine

Commenter cet article