LAC INLE

Publié le par Neos

LAC INLE

Vendredi 18 Avril 1997

Nous n'avons pas bien dormi. En effet, toute la nuit, un bonze a récité des prières diffusées par un haut parleur de mauvaise facture !

Juste avant de prendre la pirogue pour une journée sur le lac, nous flânons dans les rues à la découverte de cette petite bourgade.
Nous empruntons le large canal longeant la ville à l'ouest et découvrons les habitations sur pilotis. Et nous découvrons le lac qui s'étend sur 22 km de long pour 11 de large et ce à 1 328 mètres d'altitude.

Peuple de pêcheurs, les habitants du lac Inle ont une technique bien à eux, se servant d'une jambe pour pagayer et gardant ainsi leurs deux mains pour attraper le poisson. C'est à l'aide d'une nasse et d'un trident qu'ils vont le faire prisonnier. Le lac est aussi le premier producteur de tomates du pays, grâce à des kilomètres de plants flottants sur l'eau entretenus par des agriculteurs ayant troqué leur tracteur contre des pirogues. Absolument toutes les ressources naturelles offertes par le lac sont utilisées.

Nous flânons dans un marché et nous réussissons à acheter quelques vêtements locaux, ce qui est un exploit car nos carrures ne sont pas exactement du style birman ! Nous arrivons même à faire du troc avec des jeunes filles proposant des petits objets en laque !
Au centre du lac se dresse Phaungdaw Oo, une des pagodes les plus célèbres du pays. Construite sur pilotis, avec un plancher en bois, elle abrite 5 statuettes du Bouddha rendues informes par la couche de feuilles d'or qui les recouvre. C'est aussi dans cette pagode que les moines ont réussi à dresser quelques chats à sauter à travers de petits anneaux.

Sur le chemin du retour, nous nous arrêtons dans un des petits villages du lac pour rendre visite aux « femmes girafes ». Nous sommes un peu mal à l'aise de voir ces femmes comme si elles étaient de bêtes curieuses.

C'est avec un superbe coucher du soleil que nous rentrons au bercail.

Publié dans Birmanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article