BAGAN

Publié le par Neos

BAGAN

Mardi 15 avril 1997

Bagan, jadis orthographié Pagan, fut fondée en 849 par la réunion de 19 villages, c'est l'ancienne capitale du royaume de Pagan, détruit par les mongols en 1287. Des centaines de pagodes et stûpas de brique stuquée s'étendent à perte de vue dans la plaine, sur la rive orientale de l'Irrawaddy.

Ce site d'ampleur comparable à Angkor a été plusieurs fois dévasté par des tremblements de terre. Des aménagements touristiques inappropriés (autoroute, terrain de golf, tour d'observation) n'ont pas permis son inscription au patrimoine mondial de l'humanité. À l'époque de sa splendeur (1044-1287), la capitale du premier empire birman comptait au moins un demi-million d'habitants, de religion bouddhiste. Toutes les constructions civiles, qui étaient en bois, ont disparu. Mais Pagan a laissé, au bord de l'Irrawaddy, un site archéologique extraordinaire, témoin d'un bouddhisme très vivant. Il y a encore d'innombrables statues de Bouddha sur le site.
Notre découverte commence par le temple caverne de Kyanzittha Umin. Ces longs corridors sombres sont décorés de magnifiques fresques.

Non loin de là, le Paya Ananda nous ouvre ses portes. Selon la légende, Kyanzittha aurait été inspiré par la description que des moines venus d'Inde lui auraient faite de leur temple, ce qui expliquerait les caractères architecturaux indiens de l'Ananda. En son centre, un Bouddha nous regarde différemment selon que l'on se trouve près ou loin de lui.

Plus loin, la pagode Shwezigon, inspirée du Lawkananda, servit de modèle à beaucoup d'autres stûpas de style birman. Il est en forme de cloche et repose sur trois terrasses de briques décorées de plaques de terre cuite décorées de scènes des jâtaka (vies antérieures du Bouddha). Tout autour se trouvent de nombreux petits temples et pagodons, ainsi que les effigies des 37 Nats, disposées de manière à rendre hommage au stûpa.

Nous faisons une pause dans notre découverte des Payas en visitant une fabrique d'objets en laque. La minutie mise œuvre en font de véritables objets d'art.
C'est ensuite une visite ininterrompue des pagodes et temples de cette ville musée. Nous montons en haut du paya Shwesandaw pour voir ce plat pays dont les seules montagnes sont les temples. Nous apercevons le pahto Thatbyinnyu qui est le plus haut monument du site, avec près de 65 m. Dédié à la "Thathâgata" (une des épithètes du Bouddha), il possède des caractères originaux : bâti sur une plate-forme de 20 m, il n'a pas de pilier central, mais une chambre voûtée au premier étage, où se trouve une grande statue du bouddha assis. Trois faux étages conduisent au court sikhara (tour-sanctuaire), qui est presque cubique. L'ensemble est couvert de stucs et blanchi à la chaux. La plate-forme servait de monastère : les moines vivaient dans des couloirs et des pièces ménagées sur deux niveaux à sa périphérie.

Notre journée se finie au bord du fleuve pour assister à un superbe coucher de soleil. Nous sommes accompagnées de jeunes filles aux regards amusés. Le soir, nous assistons à un spectacle de marionnettes avant de retrouver notre hôtel.

Publié dans Birmanie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article