PORT LOUIS

Publié le par Neos

PORT LOUIS

Jeudi 31 juillet 2008

Nous avons décidé de nous rendre au marché de Port Louis. Nous prenons le BGV (Bus à Grande Vitesse) pour la capitale.

Port-Louis est souvent comparée à un petit Singapour. La ville est une véritable fourmilière, grouillante et bruyante. Les vieilles maisons y côtoient des buildings imposants. Les beaux édifices coloniaux semblent perdus entre les vieux immeubles délabrés. Dans certaines rues, on se sent transporté hors du temps et revenu à l'époque des colonies.

Port-Louis compte aujourd'hui une population résidentielle de 150 000 habitants, mais elle accueille chaque jour autant de visiteurs, car cette ville, capitale de l'île est avant tout un lieu de travail, d'achats et de business pour les Mauriciens.

C'est sans aucun doute sous les 4 halles couvertes du marché central que nous approchons le mieux la vie locale. Aux harangues des vendeurs, se mêle le brouhaha des ménagères en quête de produit frais. L'effervescence commence dans les rues adjacentes, où les vendeurs ambulants se faufilent avec leurs chariots dans la foule pour proposer fruits ou friandises.
Nous commençons notre visite par la halle de la viande. La viande proposée est quasi exclusivement du poulet, parce que viande bon marché ! On trouve aussi des étals de viande de cerfs, animal introduit dans l'île par les hollandais. Nous continuons par la halle aux poissons qui, parce que c'est l'hiver, est peu garnie. On y trouve du requin, du thon et quelques autres variétés.
Nous poursuivons par la partie la plus colorée et la plus animée : la halle aux fruits et légumes. Les couleurs variées nous sautent aux yeux et nous offre une mosaïque superbe. Tout est bien rangé et ordonné, c'est un véritable enchantement. Les vendeurs nous sourient en nous présentant leurs produits. C'est bon de se retrouver dans ce type d'atmosphère ! A l'étage, les boutiques à touristes présentent une multitude de produits, venant pour la plupart de Madagascar.

En sortant, nous nous dirigeons vers le quartier chinois et nous trouvons une petite « gargote » pour déjeuner. La nourriture est locale, c'est ce que nous cherchons et surtout nous sommes les seuls touristes à déjeuner dans cet endroit, sous les regards amusés des autres clients.

Nous reprenons notre bus à la gare routière et c'est à grande vitesse que nous retrouvons les enfants qui nous attendent sagement pour aller à la plage.

Publié dans Réunion - Maurice

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article