HUE / DANANG / HOI AN

Publié le par Neos

HUE / DANANG / HOI AN

Vendredi 11 février 2005

Tôt le matin, nous quittons Hué pour Hoi An. Nous empruntons le sublime Col des nuages jusqu'à Danang. Il s'appelle, en vietnamien le col Hai Van, ce qui veut dire "des nuages de l'océan". Vous l'aurez deviné, il doit son nom au fait d'être bien souvent perdu dans les brumes. Ce col (496 mètres) traverse la chaîne des monts Tuong Son (Cordilière annamitique) dont les contreforts finissent dans la mer de Chine méridionale. La route serpente à travers de somptueux paysages dominés par le pic Ai Van Son (1172m).

Avant de déjeuner à Lanco, nous nous baignons dans cette mer de Chine, sous le regard étonné et un peu inquiet des gardiens du restaurant ... Ils sont fous ces gaulois !

Danang nous attend. Nous visitons le Musée Cham, appelé Bao Tang Cham. Ce musée a été fondé en 1915 par l'Ecole Française d'Extrême Orient. Il rassemble la plus belle collection de sculptures Cham du monde . La plupart des quelques 300 objets en grès (autels, lingas, garudas, ganeshas et représentation de Shiva, Brama et Vishnou) sont d'une rare beauté.

Ensuite, direction Hoi An par la route des Montagnes de Marbre. On dit que chacun des monticules de marbre représente un élément de l'univers. Nous arrivons en toute fin d'après midi et nous visitons la maison Phung Hung. Cette maison, construite en 1780, connut 8 générations de la même famille. L'architecture se révèle un harmonieux syncrétisme des arts vietnamiens, chinois et japonais. En sortant, nous allons découvrir le pont japonais , bâti en 1593. C'est l'un des symboles de cette ville. Nous finissons la visite par le temple Phuc Kien qui fut édifié en 1792. Il est consacré à Thien Hau, déesse protectrice des pêcheurs et des marins.

Nous retournons au Vinh Hung 2, notre hôtel, par les petites ruelles bordées d'échoppes. Trop de touristes, tue le tourisme et le marchandage !! Ce n'est pas ici que l'on peut faire des affaires.

Publié dans Vietnam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article