PLEIKU / KONTUM / PLEIKU

Publié le par Neos

PLEIKU / KONTUM / PLEIKU

Dimanche 13 février 2005

Notre journée est consacrée à la découverte du pays de Kontum. Nous traversons les terres rouges des hauts plateaux et découvrons, amusés, les traces de l'occupation française.

Notre premier arrêt est pour l'orphelinat de cette ville. Il accueille des enfants de 3 mois à 18 ans. Nous avons emporté dans nos valises des fournitures scolaires, des livres et des jouets. La soeur, responsable de l'orphelinat, nous accueille avec émotion. Elle a au moins 80 ans, mais le temps n'a pas de prise sur elle. Elle croit, à juste titre, à l'importance de son action et on voit bien que seule la mort pourra la détourner de sa mission.
Elle nous fait visiter, les chambres, les aires de jeu et l'école attenante. L'émotion gagne le groupe et nous quittons l'endroit avec un sentiment d'inachevé. Nous savions qu'en venant ici, nous serions un peu secoués par l'endroit et ce qu'il représente.

Nous partons ensuite découvrir les villages Ba Na aux environ de Kontum. Les Ba Na sont une des trois ethnies les plus nombreuses des Hauts Plateaux du Centre. Ils vivent dans des maisons sur pilotis, dont l'escalier est fait dans seul tronc d'arbre. Elle est la première ethnie minoritaire à avoir élaboré un système d'écriture et à avoir utilisé le buffle comme bêtes de somme. Les hommes portent souvent une cicatrice sur la poitrine, qui résulte d'une blessure qu'ils se sont faite par le feu ou avec un couteau quand un des leurs est décédé.

L'après midi, nous visitons le pays Sedang et ses villages accessibles par des ponts suspendus ! Le premier village est en pleine effervescence ... c'est la fête. Nous ne sommes pas en reste et nous nous essayons à la boisson locale : l'alcool de riz se trouvant dans une jarre en terre cuite. Et nous sommes fiers d'avoir fait honneur à cette boisson.

Le soir, après cette longue journée, l'hôtel Yaly nous attend pour un repos bien mérité.

Publié dans Vietnam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article