DJERBA

Publié le par Neos

Mardi 15 février 2000

Nous partons pour toute la journée faire le tour de l'île.

Le premier arrêt sera pour la chaussée romaine, qui date de l'époque punique. Elle servait au transport des étoffes teintes de pourpres et des jarres d'huile. Cette voie, longue de 7 km était bordée de moulin à eau utilisant la force motrice des marées pour fouler la laine. Hélas, une énorme canalisation d'eau apportant cette ressource précieuse aux habitants les remplace aujourd'hui et gâche le paysage. Elle aboutit à El-Kantara.

Nous poursuivons par Guellala, bourg renommé pour ses ateliers de poterie. L'argile provient d'une colline proche et les pièces sont cuites dans des fours alimentés de bois de palmier. Les poteries sont brutes et ne ressemblent pas du tout à celles vendues sur les marchés (plus industrielles). Selon qu'on mélange l'argile avec de l'eau de mer ou de l'eau douce, on obtient des pièces de couleur crème (pour la fraicheur) ou rouge (plus solide).

La Synagogue de la Griba est notre prochaine étape. Elle se situe dans le village d'Er-Riadh. Elle fut reconstruite en 1920, à l'emplacement de la plus ancienne synagogue d'Afrique, fondée par une communauté installé à Djerba depuis 586 avant J-C, année de la première prise de Jérusalem. La Torah conservée ici serait la plus ancienne du monde.

Pour y entrer, il faut se couvrir la tête et se déchausser.Dans la première salle, de nobles vieillards, abondamment barbus psalmodient à longueur de journée dans une atmosphère toute empreinte de spiritualité.Dans la salle du fond, des décorations superbes : prodigieux chocs des teintes et des matériaux, murs de céramique, vitaux de couleur et plafond peint aux riches motifs.

Nous déjeunons à Houmt Souk dans un petit estaminet se trouvant sur une place. Délicieuse cuisine locale !

C'est la ville principale de l'île. Elle a un certain charme avec ses murs blanchis à la chaux qui accueillent des plantes luxuriantes et où pendent les tuniques et robes multicolores des nombreuses échoppes dans un harmonieux ordonnancement.

On trouve dans le souk du centre, des galeries regorgeant de tissus, tapis et babioles touristiques. Tout autour, on trouve quelques rues spécialisées : souks des chaudronniers, des ferronniers et des orfèvres. On trouve aussi de belles cages à oiseau ... et surtout le sourire et l'accueil. Et comme d'habitude, nous prenons le temps de partager des conversations avec les commerçants.

Le port, un peu plus loin, a beaucoup de charme avec tous ses petits bateaux de pêche colorés, ses amphores contenant les poulpes récoltés ; ses pêcheurs réparant artisanalement leurs filets.

Le bordj El-Kebir est un ancien fort arabe du XVème siècle abrite une exposition relative à son histoire.

Retour en fin de soirée à notre hôtel pour profiter de la piscine et se reposer !

Publié dans Tunisie

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article